librairie
point virgule

Rue Lelièvre, 1 B-5000 Namur | Tél. : +32 (0)81 22 79 37 | info@librairiepointvirgule.be | Du lundi au samedi de 9h30 à 18h30

fièvre de cheval Sylvain ChantalL'avis de Maryse:

Un monologue cocasse, celui d’Anatole, un ancien consultant (en quoi, déjà ?), que la solitude et l’ennui ont projeté dans le bar PMU de son quartier. Un peu malgré lui, graduellement, il s’est laissé envahir par la fièvre des paris. Turfiste devenu stratège, il dépeint avec allant le monde des fameux bistrots français de paris équestres, ses piliers de comptoir, ses miseurs obstinés, ses tenanciers désabusés, ses Omar Charif en perdition…

Tiercé, quarté, quinté plus : faites vos jeux !

Le portrait par lui-même d’un gentil loser emberlificoté sans l’avoir senti venir dans des rencontres rocambolesques et des trafics douteux. Le style est enlevé, caustique, je dirais même galopant ; la description véritablement pittoresque.

Fièvre de cheval de Sylvain Chantal : voici la lecture décalée de ce printemps tardif !

Le Dilettante, 15 euros.btn commande

logo gcnLe 5 mai à 19h30, les Grandes Conférences Namuroises vous proposent un entretien exceptionnel avec le photographe brésilien Sebastião Salgado. La conférence aura lieu en ligne et sera animée par Régis Delcourt. Pour vous connecter, c'est par ici: https://www.youtube.com/watch?v=aLv5zgBk5wg

sant jordi 21 nl3Ce samedi 24 avril, nous fêterons avec vous la librairie indépendante.

Shakespeare et Cervantès sont morts tous deux le 23 avril 1616. L'Unesco a choisi cette date pour célébrer la Journée Mondiale du livre et du droit d'auteur. Le 23 avril, c'est aussi la Sant Jordi, une fête qui fait battre le cœur de la Catalogne et qui donne lieu à la plus belle des traditions: ce jour-là, on offre une rose et un livre aux gens que l'on aime.

des mots en fleurs colotL'avis d'Anouk:

Mr Mots et Mr Terre sont voisins, voisins de jardin.


Mr Mots aime arpenter le joyeux désordre de son petit terrain. Il y cueille des mots doux et savoureux, des mots rigolos, des mots voyageurs. Il les sèche et les range joliment dans son carnet, bien à l'abri.


Mr Terre n'a pas l'âme poète. Un jardin, à ses yeux, c'est du travail, de la discipline, du rendement. Et sus aux mauvaises herbes! Ses jolies lavandes, qui sentent tellement bon? Elles ne sont là que pour éloigner les pucerons. Chez Mr Terre, arroser-bouturer-arracher ne rimera jamais avec rêver.


Et pourtant... Les graines ont la bougeotte, les mots aussi, et d'un jardin l'autre les idées circulent. Au fil des saisons, l'amitié grandit entre Mr Mots et Mr Terre. Une amitié que ni l'un, ni l'autre, n'avait imaginée, mais qu'ils cultivent avec joie.


Tout est beau dans ce livre plein de charme, qui tisse le texte tendre et joyeux de Marie Colot aux superbes images de Karolien Vanderstappen. Toutes deux invitent leurs petits jardiniers-lecteurs à regarder autrement le monde qui les entoure, à en savourer la beauté et à jouer avec les mots. Expressions détournées, M.G.M. (mots génétiquement modifiés), mots rares et précieux: la saveur de la langue se cultive comme les salades!


Et puis, comble du bonheur, il faut aussi souligner le soin amoureux mis par les éditions CotCotCot à mettre entre nos mains un objet parfait, doux écrin pour nos jardins imaginaires.

 

Un livre pour petits et grands jardiniers, à partir de 7 ans

Éditions CotCotCot, 13.50 eurosbtn commande

 

des mots en fleurs vanderstappen1des mots en fleurs vanderstappen2des mots en fleurs vanderstappen3des mots en fleurs vanderstappen4

billy wilder et moi jonathan coeL'avis d'Anouk:

Le livre s'ouvre sur un escalator du métro londonien. La femme qui l'emprunte n'est pas particulièrement pressée ce matin-là mais ne peut s'empêcher de se faufiler parmi les passagers pour gagner quelques places. Puis soudain elle s'arrête. Devant elle une petite fille serre la main de sa mère et s'apprête à sauter de l'escalator. La concentration de l'enfant, sa détermination et la joie farouche qui l'assaille lorsque son saut réussit: tout cela chavire la voyageuse pressée et la laisse, souffle coupé, seule avec ses souvenirs. 

L'intelligence et la sensibilité que met Jonathan Coe dans cette scène rappelle qu'il n'est pas seulement le génial satiriste que l'on se contente trop souvent de voir en lui, mais aussi un romancier subtil, capable en quelques lignes de déployer toute une palette de sensations et d'émotions. Cette si belle scène d'ouverture donne aussi les clés de lecture de ce nouveau roman. Plus qu'un portrait de l'immense cinéaste hollywoodien que fut Billy Wilder, il sera ici question du temps qui passe, du sentiment de dépossession, d'une irrémédiable nostalgie.

 

On connaît la passion de Jonathan Coe pour le cinéma. Elle irrigue chaque page de "Billy Wilder et moi" en un fascinant jeu d'allers-retours entre fiction et réalité.

La fiction: le personnage de Calista, la femme de l'escalator, compositrice pour le cinéma. Calista a grandi à Athènes, et c'est à la faveur d'un voyage aux États-Unis qu'elle rencontre Billy Wilder. Dans l'innocence de ses 18 ans, elle n'a aucune idée de qui il peut bien être...

La réalité: la plupart des autres personnages, noms célèbres ou oubliés de la geste hollywoodienne. Le roman tourne autour du tournage de "Fedora", l'une des dernières réalisations de Billy Wilder. Il est si précis et documenté, si plausible, que l'on a l'impression de tenir dans les mains un journal de plateau. Tout est là: les anecdotes, les scènes reprises dix fois, les détails techniques, les repas et les fêtes qui émaillent la vie d'un tournage. Nous sommes en 1978, une nouvelle génération — celle des Scorsese, Coppola, Spielberg — a pris les rênes du cinéma américain. "Fedora" ne correspond tragiquement plus à l'esprit du temps. Le film est tourné en Europe car personne à Hollywood ne souhaite financer un film que l'on devine voué à l'échec commercial. Wilder et son comparse de toujours Iz Diamond, à force de ténacité mais sans illusion, viendront à bout de ce tournage épique. Pour ces deux-là, fils orphelins de la vieille Europe qu'ils ont quittée pour fuir le nazisme, tourner en Grèce et à Munich grâce à des financiers allemands a une résonance particulière. Billy WIlder dira d'ailleurs: "avec ce film, je ne peux vraiment pas perdre. Si c'est un franc succès, c'est ma revanche sur Holywood. Si c'est un flop, c'est ma revanche pour Auschwitz". Poignante lucidité.

Bien sûr, comme toujours dans un roman de Jonathan Coe, on rit beaucoup. Traits d'esprit, ironie, scènes enlevées et cocasses pimentent "Billy Wilder et moi". Sans oublier quelques running gags incongrus et d'excellentes scènes autour du brie, euphorisant favori de Calista. Pourtant la tonalité générale est à la mélancolie. Amours manquées, gloires oubliées, poids du passé: c'est ce que la jeune et candide Calista apprendra de sa rencontre avec l'icône Wilder. Mais aussi cette généreuse leçon:

"Peu importe ce qu'elle te réserve par ailleurs, reprit-il, la vie aura toujours des plaisirs à offrir. Et il faut savoir les saisir." Et puis cet homme qui avait accompli tant de choses en son temps, et tant souffert aussi, tira son chapeau pour l'incliner sur son crâne selon un angle parfait, et me fit un salut: "Souviens-toi de ça", ajouta-t-il. Et je m'en suis toujours souvenue."

 

Un tel roman, tout empreint de grâce et de profondeur, fait assurément partie de ces plaisirs à saisir. Ne le manquez pas!.

 

Gallimard, traduit de l'anglais par Marguerite Capelle, 22 eurosbtn commande

 Disponible en format numérique ici