librairie
point virgule

Rue Lelièvre, 1 B-5000 Namur | Tél. : +32 (0)81 22 79 37 | info@librairiepointvirgule.be | Du lundi au samedi de 9h30 à 18h30

billy et le mini cheval valckxL'avis de Régis:

Premier indice: chapeau vert ! Un deuxième: ceinturon ! Un petit troisième, vraiment ? Noisettes grillées! Mais oui: c'est Billy, il est de retour !

Avis aux hamsters de tout poil, voici une septième histoire de votre héros préféré. On ne pouvait rêver mieux en cette période de rentrée.

Billy a des envies de randonnées en montagne, ça le démange depuis un bon moment. Alors, même si l'arrivée imminente de la pluie fait frisotter la moustache de son père, même si Jean-Claude se dit déjà épuisé avant la balade, c'est décidé... on y va !

Le duo de choc se lance dans la grimpette, sans se douter qu'une incroyable surprise les attend au détour du chemin. Un mini-cheval, « pas plus grand qu'un chat », qui cache son chagrin derrière un buisson. Tout le monde se moque de lui, bien sûr, de sa petite taille ridicule... Mais qu'à cela ne tienne ! Billy-au-coeur-tendre et Jean-Claude-l'intrépide l'aiment au premier regard, tellement heureux de rencontrer un nouvel ami. Que l'aventure commence !

Il va beaucoup pleuvoir dans cet album de Catharina Valckx, le ciel sera tout gris et même tout noir mais c'est sans importance. La tendresse, l'humour, le courage et l'amitié débordent de chaque trait, de chaque détail et vous feront passer le plus doux des moments de lecture, parole de hamster! Le vieux proverbe dit : « on a souvent besoin d'un plus petit que soi », mais qui est petit en fait ? Et par rapport à qui, à quoi ? Avec sa fantaisie habituelle, Catharina Valckx nous dit bien des choses et envoie valser les préjugés et tous les moqueurs de la terre. Plus que jamais, ses personnages sont attendrissants, généreux, attentifs aux autres et tellement justes qu'on referme le livre avec du ciel bleu plein les yeux et un sourire à vous décrocher les abajoues!

«Avec toi, on peut aller partout ! Tout en haut de la montagne ! Au bout du monde ! Yahouuu !»

 

L'École des Loisirs, 13 eurosbtn commande

petit bonhomme de bois gauldL'avis de Régis:

Tom Gauld, cartooniste et illustrateur britannique, est célèbre et adulé un peu partout dans le monde. Ses strips pour The Guardian sont absolument parfaits, petits bijoux de drôlerie et de finesse, « quelque part entre Samuel Beckett et les Monty Pythons ». Jetez-vous sans plus attendre sur En cuisine avec Kafka (éditions 2024) ou Le département des théories fumeuses (éditions 2024), c'est du grand art.

Mais son chef-d'oeuvre du moment, c'est au rayon des albums pour enfants que vous le trouverez! Le petit robot de bois et la princesse bûche vient d'être (superbement) édité par L'Ecole des loisirs, dans une traduction (parfaite) de Rosalind Elland-Goldsmith.

Sur la bonne vieille structure des contes classiques, Tom Gauld se permet toutes les fantaisies et nous le suivons avec bonheur dans cet univers enchanté.

En manque d'enfants, un couple royal consulte une inventrice et une sorcière. La première fabrique alors un petit robot tout en bois, la deuxième donne vie à une bûche et crée une "parfaite petite princesse". Tout est donc idéal: parents comblés, enfants heureux, famille modèle... Mais cela n'est évidemment que le tout début début de l'histoire, car quand une princesse choisit de se retransformer en bûche chaque nuit, elle s'expose à bien des aventures... Et quand un petit robot de bois permet à une bande de scarabées de s'installer dans son mécanisme, il faut évidemment s'attendre à quelques quiproquos !

À partir de ces ingrédients joyeusement loufoques, Tom Gauld nous embarque jusqu'au Nord polaire et fait vivre tant de péripéties à ses personnages qu'il ne pourra tout nous raconter en un album (deux pages hilarantes proposent d'ailleurs moult rebondissements que le lecteur imaginera lui-même).

Par son génie de la construction de l'image, par l'humour décalé de son texte, par la beauté qui se déploie à chaque page de ce livre, Tom Gauld fait une entrée fracassante dans le monde des livres pour enfants. Quelque chose nous pousse à croire qu'il n'en restera pas là!

 

L'École des Loisirs, traduit de l'anglais par Rosalind Elland-Goldsmith,14 €btn commande

memorial drive tretheweyL'avis d'Anouk:

La vie de Natasha Trethewey se déploie autour d'une béance – la mort de sa mère tombée sous les coups d'un mari violent lorsqu'elle-même avait 19 ans.

Pour avancer après le drame, il lui faut enfouir profondément ses souvenirs et laisser l'image de sa mère derrière un voile de ténèbres. "Je voulais bannir cette partie de mon passé, un acte d'autocréation par lequel je chercherais à n'être constituée que de ce que je décidais de me souvenir". Mais avec les années le voile se déchire, les souvenirs affluent, les rêves obsèdent. Et Natasha Trethewey comprend qu'elle n'a d'autre choix que d'affronter les failles d’un passé douloureux, pour retisser les fils qui la lient à sa mère et pour faire la paix avec l'enfant impuissante qu'elle était alors.

C'est ce chemin de douleur et de déchirements que retrace "Memorial Drive". Cela pourrait être sinistre et c'est tout le contraire: un récit d'une clairvoyance, d'une justesse et d'une dignité peu communes.

"Memorial Drive" peint un destin de femme noire dans le Mississipi des années 60. Grandie dans une famille joyeuse et militante, la mère rencontre à l'université un jeune poète Canadien, blanc. C'est l'été 64, et le Sud des États-Unis subit les campagnes de terreur du Ku Klux Klan en représailles aux manifestations pacifiques du Freedom Summer. L'année suivante, lorsque le jeune couple décide de se marier, il lui faut quitter le Mississipi qui, comme vingt autres États, interdit toujours les mariages mixtes. C'est dans ce contexte que naît leur petite fille, comme une promesse: "Tu es le meilleur des deux mondes".

Enfant métisse dans un monde où la ségrégation reste omniprésente, Natasha Trethewey apprend vite l'humiliation, l'oppression, "un profond sentiment de dislocation": "le traitement que je recevais variait tellement selon que je me trouvais avec ma mère ou mon père que je n'étais pas sûre de savoir à qui ou à quel lieu j'appartenais". Pour autant, l'enfance est "le lieu enchanté". Il volera en éclat avec le divorce des parents, puis le remariage de la mère avec un vétéran du Vietnam manipulateur et violent.

La page qui s'ouvre alors, celle que Natasha Trethewey a voulu effacer du livre de sa vie, n'est pas sans moments lumineux: sa mère est une femme joyeuse, battante, passionnée de danse et de soul. Elle tente dans le chaos de conserver des îlots de douceur pour sa fille et pour elle. Mais tout cela se disloque quand les menaces du mari deviennent des coups, de plus en plus fréquents, de plus en plus insoutenables. À mesure qu'elle tente de sortir de l'emprise de son mari en reprenant des études, en gravissant deux par deux les échelons de la réussite professionnelle, lui entre dans un tourbillon de perversité qui mènera au meurtre, et la jeune Natasha s'enferme dans le mutisme et l'impuissance.

Né d'une insondable douleur, "Memorial Drive" croise dans un récit intime des questions bien d'aujourd'hui (le racisme, le patriarcat, la violence conjugale, la double peine d'être femme et noire). C'est aussi un livre très profond sur le lien entre traumatisme et écriture. "L'important est le pouvoir transformateur de la métaphore et des histoires que nous nous racontons sur notre vie, son sens et la trajectoire qu'elle emprunte. (...) Pour survivre au traumatisme, il faut pouvoir le raconter sous forme d'histoire". L'écriture comme lieu de survie et d'apaisement: c'est le chemin emprunté par Natasha Trethewey pour tenir à distance la tristesse et le chaos. Et c'est bouleversant.

 

Éditions de l'Olivier, traduit de l'anglais (États-Unis) par Céline Leroy, 21.50 €btn commande

Disponible en format numérique ici

comme un ciel en nous alikavazovicL'avis d'Anouk:

C'est un petit livre qui s'avance modestement comme un texte de commande. L'invitation consiste à passer une nuit au Louvre et à partager ce qui se dépose de l'étrange alchimie entre l'opacité de la nuit et l'intimité des œuvres. Un exercice qui peut sembler vaguement ennuyeux, voire vain et prétentieux. Mais c'est sans compter sur l'intelligence et la profondeur de Jakuta Alikavazovic, qui fait éclater tous les cadres et offre un texte vibrant, intense, bouleversant.

Le Louvre, pour Jakuta Alikavazovic, n'est pas seulement le plus beau musée du monde. Il est comme une extension des lieux intimes de son enfance, une chambre à soi où les échos se démultiplient. En choisissant de bivouaquer dans la salle des Caryatides, parmi les statues antiques et à l'ombre de la Vénus de Milo, Jakuta Alikavazovic sait qu'elle part à la rencontre de son père. Avec lui, elle a passé tant d'heures dans ces salles, et tant de fois joué à répondre à sa question favorite: "Et toi, comment t'y prendrais-tu, pour voler la Joconde?". À l'époque, la petite fille qu'elle était n'en avait pas conscience, mais ce qui se jouait là "c'était la rêverie, c'était la tendresse. Et c'était le temps". Ce temps qui passe avec son lot de perte et de trahisons.

Le père a vingt ans lorsqu'il quitte le Montenegro pour suivre à Paris la femme qu'il aime. Du Louvre il dit qu'il est "la première ville française où je me suis senti chez moi". C'est là qu'exilé sans ressources, sans famille, dénué même de mots dans cette langue étrangère qui lui résiste, il ajuste sa nouvelle place dans le monde. Au Louvre, il lit, se brosse les dents, emmène sa fille, l'y oublie, peut décrire de mémoire et avec une infinie précision le décor en arrière-plan de la Joconde. Au Louvre il se réinvente et lisse les aspérités du réel: "de cette dureté qui est le réel, pas un mot. Dans la bouche de mon père, tout a eu l'apparence, la facilité d'un conte".

La nuit au Louvre sera pour Jakuta Alikavazovic l'occasion de mettre des mots sur les silences terrés sous les histoires souriantes et espiègles de son père – elle s’y voit "dompteuse d’absence". L'écrivaine rebrousse chemin vers la petite fille timide qu'elle était, "condamnée à l'ignorance". Pour retrouver cette enfant, elle a pris bien des détours, conscients et inconscients. Elle s'est brûlé les yeux en regardant la guerre détruire le pays de ses parents. La vie l'a entamée, elle est pour toujours du côté des intranquilles, mais sur son chemin elle avance guidée par un amour inconditionnel: "L'amour de mon père était comme un ciel en moi, sa réalité aussi évidente que celle du ciel au-dessus de ma tête, que le je le voie ou pas".

Parce que l’art et la beauté agissent comme des révélateurs, parce qu’ils obligent à se confronter aux mémoires qui nous constituent, ce récit d’une nuit au musée se lit comme la plus singulière et la plus poignante lettre au père que l’on puisse lire. "De quoi parle-t-on quand on parle d'art? De conservation. De permanence. D'un vœu d'éternité."

 

Stock, 18 €btn commande

Disponible en format numérique ici

ici la beringie brugidouL'avis d'Anouk:

 

Comme on déploie une carte, déplier les temps.

Comme l'esprit vagabonde en rêvant aux terres lointaines, lâcher la bride à l'imaginaire des temps, du passé le plus reculé au futur indéchiffrable.

Sur ce double fil géographique et historique s'avance le premier roman de Jeremie Brugidou, et il tient en équilibre avec ce qu'il faut d'audace, de détermination, d'acceptation du vacillement.

La Béringie est une terre engloutie entre l'Alaska et l'Extrême-Orient russe. Endormie sous les eaux de Détroit de Béring, elle n'en palpite pas moins de vie, de mystères, d'enjeux. "Ici, la Béringie" tisse trois époques de cette terre. Le livre s'ouvre sur une vision du futur lorsque, dans quelques décennies, le permafrost a fondu des deux côtés du Détroit et qu'une archéologue tente de rendre la parole aux vestiges surgis de sous la glace. Geste de sauvetage marqué par l'urgence tant l'exploitation des richesses géologiques et touristiques des lieux risque d'arracher ces sites au patrimoine de l'humanité bien plus définitivement que leur séjour millénaire dans le sol gelé.

En contrepoint s'écrit une autre odyssée scientifique, située dans les premiers temps de la Guerre Froide. Alors que Soviétiques et Américains se disputent la suprématie sur ces zones-frontières, un botaniste cherche à trouver dans les pollens fossilisés de part et d'autre du Détroit les traces d'une terre commune. Une femme-chamane éperdument aimée et tragiquement perdue le guide dans son cheminement, qui n'est peut-être pas tant scientifique qu'intime.

À ces pisteurs du vivant que sont l'archéologue et le botaniste, Jeremie Brigidou fait répondre une voix venue du fond des temps, celle d'une jeune femme Qui-Collecte dont les savoirs et les intuitions résonnent avec les interrogations d'aujourd'hui et de demain. Parce que le désastre de son époque à elle, celle de la montée des eaux qui engloutit la Béringie et efface tous les repères, est à la hauteur des catastrophes de notre temps à nous, la confiance, la détermination et la créativité de cette passeuse de mondes vieille de dix mille ans nous éclairent, lueurs fragiles mais agissantes.

L'entremêlement des temps et des récits, de la poésie et du carnet scientifique, de la beauté et du tragique font de ce premier roman une lecture marquante, qui serait comme un redéploiement par la fiction des passionnants travaux anthropologiques de Nastassja Martin.

 

L'Ogre, 19 €btn commande

Disponible en format numérique ici