librairie
point virgule

Rue Lelièvre, 1 B-5000 Namur | Tél. : +32 (0)81 22 79 37 | info@librairiepointvirgule.be | Du lundi au samedi de 9h30 à 18h30

bison non non schneider de changyL'avis de Régis:

Après le bel Ours Kintsugi, Victoire de Changy et Marine Schneider poursuivent leur collaboration fructueuse. Les mots de l’une dans les couleurs de l’autre : une alchimie parfaite pour des albums que nous aimons vous partager.

Le bison non-non, paru cet automne aux éditions Cambourakis, est une merveille de douceur et de fantaisie. Le bison du titre est encore tout petit mais drôlement plus poilu que ses semblables. Tellement chevelu qu’on ne voit, de son visage, que ses beaux yeux mélancoliques. Sa bouche et son nez, complètement cachés, ne peuvent rien exprimer.

Alors, à chaque question qu’on lui pose, on croit lire « non-non» dans ses grands yeux ronds. Ses parents et ses amis n’imaginent même plus une autre réponse, c’est toujours le « non » qui brille dans son regard.

Jusqu’au jour où…

 

Il faut souvent peu de choses pour changer ce que l’on pense définitif, rien n’est jamais tout à fait comme on le croit. Et c’est très bien comme ça !

 

Cambourakis, 16 eurosbtn commande

 

il etait une formeL'avis d'Adrien :

Coup de cœur graphique, esthétique et littéraire pour ce conte drôle et cruel.


Au royaume de Pointudroidur, ça file droit. Le Roi, une couronne tendue, et la Reine, un pion vertical tout en jambe, sont des gens au caractère obtus et au physique anguleux. Leur rigidité fait qu’ils ne s’entourent que de gens rectilignes mais, ô malheur, leur nombreuse progéniture n’est faite que d’enfants aux courbes affranchies de tout carcan. Si bien qu’ils pensent tout simplement les faire passer par l’office du bourreau, bourreau symbolisé par une guillotine robuste et droite. La reine ayant quelques scrupules les confie in extremis à une jeteuse de sort repliée dans la forêt profonde qui dans un envoutement coloré insuffle à sa majesté la graine d’une future princesse parfaite : un triangle équilatéral ! Il faudra dès lors organiser un bal à cette jeune altesse et lui trouver le candidat parfait. Tout cela ne va évidemment pas se passer comme prévu.


Au premier regard, l’objet-livre est magnifique, dos toilé d’un bleu profond (ce qui ne se voit pas sur la miniature ci-contre), illustrations de couverture suggestives qui offre un panorama choisi de l’histoire à venir, ensuite c’est un festival de couleurs pop et de noir et blanc maîtrisé, une myriade de créativité et d’inventions graphiques. Le conte est cruel mais le ton enlevé et le texte est recherché, fluide et pétillant. Les auteurs jouent avec les poncifs des contes de fée, à la géométrie somme toute universelle, et les détournent avec beaucoup de malice et d’intelligence.


Du même auteur Crushiform, nous avions déjà adoré « Colorama » un magnifique imagier des nuances de couleurs que nous ne saurions trop vous recommander. « Il était une forme » est un album jeunesse unique ciselé à la perfection qui offre un plaisir renouvelé à chaque nouvelle lecture, c’est du grand art accessible à tous.

Maison Georges, 19.90 €btn commande

plus bel ete du monde perretL'avis d'Anouk:

Delphine Perret est une artiste sensationnelle, et elle excelle dans mille et un registres. On l’adore tout particulièrement dans ses albums au trait minimaliste et facétieux: les histoires de Bjorn ou le génial "Moi le loup", des livres qu’on aime tant partager avec nos enfants et qu’on leur chipe aussi parfois, juste pour le plaisir, parce qu’ils nous font tellement rire.

Alors que l’été se termine, Delphine Perret nous offre d’en conserver la lumière et la beauté avec un livre généreux, malicieux, délicat: ce "Plus bel été du monde" tout juste paru aux éditions Les Fourmis Rouges et dont on sait déjà qu’il restera parmi les albums qui comptent.

"Le plus bel été du monde" est celui que passent une maman et son petit garçon dans une maison de famille en pleine campagne. La maison est accueillante. Elle cache des réserves de bonbons, un jardin fabuleux, des cartons entiers de Mickey, des photos accumulées au fil des années, les souvenirs et les émotions des femmes et des hommes qui ont vécu là. Ensemble, la mère et l’enfant font provision de moments doux, attentifs au bonheur l’un de l’autre. Un soir il y a des invités. Un autre jour arrivent mamie et les cousins. On partage la douceur d’un feu de bois, la magie d’un spectacle, une baignade, le privilège rare d’apercevoir un renard. Et dans ce temps suspendu l’enfant grandit: bientôt il saura nouer seul ses lacets.

Delphine Perret réussit à nous faire goûter la texture du temps, son épaisseur, sa malléabilité (le temps de l’enfance n’est pas le temps des adultes). Le livre fait le pari de la lenteur, respire dans de magnifiques doubles pages à l’aquarelle, s’étire comme des grandes vacances qui semblent si longues et filent tellement vite.

Tout est juste, pudique, d’une finesse exquise. "Le plus bel été du monde" est un livre d’émerveillement, une douce cabane où abriter souvenirs et aspirations.

 

Les Fourmis Rouges, 18.50 euros

plus bel ete perretplus bel ete 3