librairie
point virgule

Rue Lelièvre, 1 B-5000 Namur | Tél. : +32 (0)81 22 79 37 | info@librairiepointvirgule.be | Du lundi au samedi de 9h30 à 18h30

cheval fou valckx

L'avis de Régis :

Faut-il vous redire à quel point nous aimons le travail de Catharina Valckx? Oui, nous nous répétons sans doute mais nous adorons l'univers et l'humour de ses albums. Et c'est avec une joie non dissimulée que nous retrouvons cet automne une nouvelle aventure du hamster cow-boy le plus célèbre du Far West : Billy! Avec son fidèle ami Jean-Claude le ver de terre et la complicité de la biquette Barbichette, le voilà parti à la rencontre du peuple indien. Nos amis se lancent dans une longue marche ponctuée de nuages de fumée, de flèches et d'angoisse. Jusqu'à l'heureuse rencontre avec Moineau Tranquille qui va les initier aux coutumes des siens. Une belle histoire d'amitié et de rencontre de l'autre. Le tout dans la bonne humeur de Catharina Valckx!

Un album pour les enfants à partir de 4 ans.
 

Ecole des Loisirs, 12,70 €

btn commande


 

Vieux roi - GeigerL'avis d'Anouk :

« C’est une singulière configuration. Ce que je lui donne, il ne peut pas le retenir. Ce qu’il me donne, je le retiens de toutes mes forces ».
Le père d’Arno Geiger, retraité autrichien sans histoire, s’enfonce petit à petit dans un monde dont lui seul possède les clés. Il faudra bien du temps pour que ses proches comprennent que ses absences et ses incohérences ne naissent pas de la mauvaise volonté du vieil homme mais manifestent sa maladie : Alzheimer. La mémoire qui s’en va, les repères qui se brouillent, les hallucinations quotidiennes.


Au fur et à mesure que la maladie s’installe et emporte August Geiger dans un exil dont il ne reviendra pas, ses proches s’organisent. À cet homme dont ils connaissaient bien peu de choses, ils vont tenter de redessiner un passé, un lieu protégé où il pourra aussi sereinement que possible attendre le dénouement de sa vie.


De cette épreuve douloureuse, Arno Geiger tire un livre sobre, délicat et bouleversant. Avec pudeur et non sans humour, il arrive à rendre une mémoire à celui qui la perd, à rendre un honneur à son père dément, à faire entrer la grande histoire dans la chronique familiale.
Il nous montre aussi le pouvoir consolant de la littérature, qui donne le courage de se confronter aux gouffres et d’y entrevoir la lumière.


Traduit de l'allemand (Autriche) par Olivier Le Lay

Gallimard, 17,50 €

btn commande

14-EchenozL'avis d'Anouk :

Que dire du dernier roman de Jean Échenoz qui ne sonne pas comme une banalité absolue ? Que « 14 » est un chef d’œuvre de concision, puisque le romancier arrive, derrière un titre-programme aussi ramassé que son livre, à faire revivre la Grande Guerre dans tous ses aspects ? Que l’écriture est plus somptueuse que jamais, elliptique, tendue, brillante ? Que Jean Échenoz prend plaisir à mettre à mal toutes les institutions, l’Armée bien sûr, mais aussi l’Église et le mariage, et peut-être même la littérature ? Que pour le concentré de plaisir et d’intelligence romanesques offert par le premier chapitre de ce roman bref, on est prêt à échanger plusieurs centaines de pages lues ailleurs, tant cette scène d’ouverture est inoubliable ?
On pourrait dire tout cela et mille autres choses encore : Jean Échenoz n’épuise jamais notre admiration.
Alors on ne dira presque rien, juste deux mots : lisez « 14 » !

Éditions de Minuit, 12.50 €

btn commande

 

sermon ferrariL'avis d'Anouk :

"Là où j'ai laissé mon âme", le précédent roman de Jérôme Ferrari, l'avait installé parmi les jeunes auteurs qui comptent. Avec "Le sermon sur la chute de Rome", Ferrari confirme qu'il est décidément un auteur majeur de sa génération. Le roman est bref, mais vaste son ambition : le "Sermon" joue sur plusieurs registres, de la chronique familiale au roman à thèse, de l'évocation du passé colonial français à celle d'un café perdu dans un village corse. En reprenant ce café, deux amis d'enfance, jeunes philosophes, veulent y recréer le meilleur des mondes cher à Leibnitz. Ils ne savent pas, ou feignent ne pas savoir, que les mondes sont inéluctablement voués au pourrissement et à l'anéantissement. L'échec de leur projet était prévisible: Rome elle-même n'est-elle pas tombée?

Pourtant, le roman ne se complaît pas du côté des illusions déçues. On y croise des âmes fortes, refusant la fatalité avec conviction et énergie. On y trouve aussi une écriture puissante, audacieuse, tantôt solennelle et tantôt ironique. Une réussite!

Actes Sud, 19 €

btn commande

certaines otsukaPRIX FEMINA ETRANGER 2012

L'avis d'Anouk :

C'est à un choeur de femmes que Julie Otsuka donne la parole. De jeunes Japonaises, échouées à San Francisco au début du vingtième siécle pour y épouser des hommes qu'elles ont seulement (mais pas toujours) vus en photo. À ces exilées, loin de leurs familles, déracinées à jamais et souvent exploitées, aucun destin individuel n'est autorisé. Julie Otsuka fait éprouver avec force l'anonymat auquel elles sont vouées. Le "nous" qui rythme son livre, impersonnel, charrie ces trajectoires marquées du sceau de la tragédie.

"Certaines n'avaient jamais vu la mer" est un livre qui fait vaciller son lecteur. Au gré des chapitres s'égrennent de véritables morceaux de littérature, bruts, intenses, d'une puissance inouïe.

Un roman brillant et magnifique, oµ l'amotion est plus dense à chaque page.

Traduit de l'anglais (États-Unis) par Carine Chichereau

Phébus, 15 €