librairie
point virgule

Rue Lelièvre, 1 B-5000 Namur | Tél. : +32 (0)81 22 79 37 | info@librairiepointvirgule.be | Du lundi au samedi de 11h00 à 17h00

oliver jeffers atelierEn cette fin d'année, nous souhaitons mettre chaque semaine à l'honneur l'oeuvre d'une autrice ou d'un auteur jeunesse. Cette semaine, on part à la rencontre d’Oliver Jeffers. Son tout nouvel album «Toi et moi, ce que nous construisons ensemble» est à découvrir sans plus tarder aux éditions Kaléidoscope.

 

Oliver Jeffers est né en Australie, a grandi en Irlande et vit depuis des années à Brooklyn. Il a parcouru le monde avant de se mettre au dessin, et nous, nous sommes ravis qu’il s’y soit mis!

Ses albums nous accompagnent à la librairie depuis des années déjà. Son œuvre est à (re)découvrir aux éditions Kaléidoscope-L’Ecole des Loisirs.

perdu retrouve jeffersNotre premier coup de cœur était pour «Perdu? retrouvé!», un album tout à la fois tendre, insolite, mystérieux et universel. Rien que sa première phrase nous avait mis en joie et devrait recevoir le Grand Prix du Meilleur Début Loufoque: «C’est l’histoire d’un petit garçon… qui trouva un jour un pingouin devant sa porte» (traduction d’Elisabeth Duval). Et c’est là toute la force et le génie d’Oliver Jeffers: faire de cette improbabilité une histoire d’amitié inoubliable. C’est l’imagination au pouvoir, la magie de la fiction. Et puis son dessin nous avait bouleversés. Son minimalisme, sa palette de bleus, cet art de faire vivre un petit garçon en deux ou trois traits. Cet album ne nous a plus jamais quittés!

Ensuite, nous avons aimé et défendu d’autres albums carrément foufous, comme «Coincé», petit traité définitif sur l’art de récupérer un cerf-volant coincé dans un arbre, ou «Cet élan est à moi», dans lequel le petit Wilfred a croisé la route d'un élan, l'a adopté et baptisé Marcel. N’hésitez pas à les redécouvrir, ce sont des albums savoureux.

destin de fausto jeffers«Le destin de Fausto» est paru tout récemment, en cette année difficile où trop de livres sont passés inaperçus. Ne le manquez surtout pas, c’est un album important, un qui résistera. Car il s’agit d’une fable, tristement universelle, sur la mégalomanie des puissants. Il était une fois un homme qui croyait que tout lui appartenait. Un jour, il décida d’aller faire l’inventaire de ce qui était à lui (traduction d’Isabel Finkenstaedt) Fausto s’appropriera la fleur, le mouton, l’arbre, le champ, la forêt, le lac. Il voudra même que la montagne et l’océan acceptent de lui appartenir. Fausto va crier, hurler et taper du pied. Mais à quoi bon? Qui se soucie de lui et de ses caprices? Pour qui compte-t-il vraiment? Oliver Jeffers clôt son album par une citation de Kurt Vonnegut, grand écrivain américain, se souvenant d’un dialogue avec son ami Joseph Heller. On ne résiste pas à vous la confier :

 

« Histoire vraie, parole d’honneur :

Joseph Heller, un écrivain important et drôle, aujourd’hui disparu, et moi-même étions à une fête chez un milliardaire sur Shelter Island. J’ai dit : « Joe, quel effet ça te fait de savoir qu’hier seulement, notre hôte a gagné plus d’argent que ton roman Catch 22 durant toute son histoire ? »

Et Joe dit : « J’ai quelque chose qu’il n’aura jamais. »

Et j’ai dit : « Quoi donc, Joe ? »

Et Joe dit : « La certitude d’avoir assez. »

Pas mal ! Repose en paix ! » (Kurt Vonnegut, The New Yorker, 16 mai 2005)

 

Tous les personnages d’Oliver Jeffers se retouvent en ces mots, la «certitude d’avoir assez». Et c’est en cela qu’ils sont d’excellents compagnons sur notre route de lecture. Ne résistez pas à cheminer avec eux !

 

Et pour retrouver notre sélection d’albums, c'est par ici: https://comptoir.librairiepointvirgule.be/list-84281/une-semaine-pour-cheminer-avec-oliver-jeffers/

 

oliver jeffers