librairie
point virgule

Rue Lelièvre, 1 B-5000 Namur | Tél. : +32 (0)81 22 79 37 | info@librairiepointvirgule.be | Du lundi au samedi de 9h30 à 18h30

Lectures
Jewish Gangsta - Karim Madani

074L'avis d'Adrien :

Tout se déroule avant que le procureur Rudolf Giuliani ne devienne maire de New-York et ne fasse substantiellement baisser la criminalité. Le journaliste musical français Karim Madani nous entraîne dans une plongée noire et passionnante dans les banlieues abandonnées de New-York à travers les destinées de quatre gangsters juifs new-yorkais. La vie est dure, sombre dans le Brooklyn des années 1990.

Il y a Ethan Horowitz, habile voleur de voitures. Il passe néanmoins par la case prison pincé en train de voler une Pontiac appartenant à un flic. Deux ans de taule plus tard, Ethan est back in the game et rejoint les lo-life, le gang qui a rhabillé le hip-hop en Ralph Lauren, Ralph Lo (sic), puis, passe à un business plus juteux, mais évidemment plus dangereux. Les psychologues avaient tenté de comprendre sa cartographie mentale, essayé d’emprunter toutes ces autoroutes censées mener à un enfer familial, la drogue, la maltraitance, mais Ethan n’avait jamais été maltraité. Brooklyn était tout simplement toxique. Des gens s’intoxiquaient à l’amiante, lui c’étaient aux vapeurs du quartier.

Il y a aussi JJ qui a monté son propre groupe de jeunes filles juives. Celles-ci, bien qu’au départ filles modèles, décident d'en découdre avec l'un des plus dangereux gangs latino, les Latin Kings. Touchant de plus près au milieu, elles s'y brulent les ailes.

Et enfin, les deux frères Ill Bill et Necro dont l'avenir balance entre d'un côté les gangs, de l'autre une carrière dans le hip-hop. Mais pourquoi n'embrasseraient-ils pas ces deux voies à la fois ?

Karim Madani au fil de voyages à New-York a rencontré beaucoup de monde dans le milieu du hip-hop. Ce réseau s’est étendu, jusqu’à rencontrer toute cette galaxie de personnages bigger than life. Il nous livre un récit ethnologique sans jugement et on s’attache à chacun en espérant que leur avenir sera meilleur. Car comme le rappait Melle Mel pour Grand Master Flash en 1982, It’s like a jungle sometimes. It makes me wonder how I keep from goin’ under. {C’est comme la jungle parfois. Je me demande comment je me retiendrai de ne pas sombrer.btn commande

Marchialy, 2017, 18 €

 
Attachement féroce - Vivian Gornick

073L'avis d'Adrien :

Ecrit en 1987, Attachement féroce dissèque la relation de l’auteure, féministe alors déjà réputée aux Etats-Unis, avec sa mère, mais aussi avec ses amants et globalement avec tout qui elle interagit. A travers les chamailleries, vraies disputes et éclats de rire de Vivian et sa veuve de mère, tantôt acariâtre tantôt compréhensive, on déambule dans New-York à la recherche d’apaisement général. Et rien ne s'apaise jamais vraiment mais tout tend à plus de clarté.

Au début de ces mémoires, nous restons dans l’immeuble de jeunesse. Là ne vivent que des femmes. Les hommes sont au travail, décédés ou ont quitté le navire. Les appartements sont imbriqués les uns dans les autres et toutes communiquent, s'invectivent, s'entraident par les coursives, les fenêtres. On y suit notamment la vamp Nettie qui voudra apprendre à Vivian à devenir une séductrice. La relation mère-fille n’est pas simple et quand on commence à bien la cerner, on tombe dans le vertige de l’amour selon Vivian, ses relations de couple et comment sa mère les appréhende. Ce qui amplifiait nos luttes, majorait notre angoisse, gonflait notre confusion, c’était le sujet du sexe. Chaque fil de chaque histoire (un mariage avec un artiste bougon, un amant régulier voisin d’enfance se radicalisant dans le judaïsme orthodoxe, un amant leader syndicaliste marié) est tiré et détricoté et c'est peu de dire que les trois relations apportent leur lot de petites joies mais surtout de tumultes et d'inconfort.

On se laisse entrainer dans New-York et en cela c’est une magnifique déclaration d’amour à la ville qui l’a vu naître. On est aussi réellement emporté par les réflexions de Gornick sur sa vie. Elle nous parle à chacun de nous et le fait de façon vraiment passionnante en renouvelant le genre autobiographique. A la manière d’une Alison Bechdel avec Fun Home, Vivian Gornick comprend ce qu’elle est devenue en revenant sur son passé et comment sa mère l’a inconsciemment mais durablement construite. C’est juif, new-yorkais, c’est l’après-guerre, mais quand ça touche à ce point à l’universel, c’est simplement formidable.btn commande

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Laetitia Devaux, Rivages, 2017, 20 €.

 

 
L'un l'autre - Peter Stamm

lun lautre - stammL'avis d'Anouk:

Un dimanche soir de fin d'été. L'heure du retour de vacances pour une famille suisse. L'heure des  bagages à défaire, des préparatifs pour la reprise du lendemain, du dernier verre sur la terrasse. Astrid monte coucher les enfants. Thomas plie son journal, se lève et ouvre le portail du jardin. Il ne rentrera pas.


L'un l'autre est le récit de ce retrait du monde et de la manière dont il va modeler ce que seront les vies de Thomas, d'Astrid et de leurs enfants. Écrivain du vide et de l'absence, Peter Stamm nous tient en haleine avec un dépouillement de moyens exemplaire. On ne trouvera pas chez lui d'explications psychologiques ni de questions morales, non: juste, au plus près, la description des gestes, des mouvements, des trajets d'un homme et d'une femme projetés dans un monde où les repères s'estompent.


Thomas s'en va et gagne la montagne pour se mettre à l'abri des bruits du monde, se confronter à la nature, se fondre dans le présent de la marche, rentrer plus profondément en lui-même. Tentation bien contemporaine. Et Astrid, dans l'asphyxiante douleur de la séparation, dans les gestes du quotidien qu'il faut bien assumer pour les enfants, emprunte un chemin vers elle-même qui n'est pas moins risqué que celui de Thomas.


Peter Stamm pose son regard alternativement sur chacun d'eux. L'homme et la femme, l'extérieur et l'intérieur, la liberté et le quotidien. Mais très vite il brouille les cartes, estompe la chronologie, évoque les vies possibles, les vies imaginées. Son écriture tout à la fois matérielle et poétique rythme un récit qui prend au fil des pages une dimension plus onirique et métaphysique. Et l'on perçoit la béance, l'abîme au bord duquel Thomas et Astrid contemplent leur histoire.

« Quand nous nous séparons, nous restons l'un à l'autre ». Cette citation de Markus Werner qui ouvre le livre éclaire on ne peut mieux ce qu'est L'un l'autre: par-delà l'absence, par-delà le vide, par-delà le confort des certitudes, une histoire d'amour absolue.

btn commandeTraduit de l'allemand par Pierre Deshusses, Christian Bourgois, 17 €

Disponible au format numérique

 

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 8 sur 59