librairie
point virgule

Rue Lelièvre, 1 B-5000 Namur | Tél. : +32 (0)81 22 79 37 | info@librairiepointvirgule.be | Du lundi au samedi de 9h30 à 18h30

Jewish Gangsta - Karim Madani

074L'avis d'Adrien :

Tout se déroule avant que le procureur Rudolf Giuliani ne devienne maire de New-York et ne fasse substantiellement baisser la criminalité. Le journaliste musical français Karim Madani nous entraîne dans une plongée noire et passionnante dans les banlieues abandonnées de New-York à travers les destinées de quatre gangsters juifs new-yorkais. La vie est dure, sombre dans le Brooklyn des années 1990.

Il y a Ethan Horowitz, habile voleur de voitures. Il passe néanmoins par la case prison pincé en train de voler une Pontiac appartenant à un flic. Deux ans de taule plus tard, Ethan est back in the game et rejoint les lo-life, le gang qui a rhabillé le hip-hop en Ralph Lauren, Ralph Lo (sic), puis, passe à un business plus juteux, mais évidemment plus dangereux. Les psychologues avaient tenté de comprendre sa cartographie mentale, essayé d’emprunter toutes ces autoroutes censées mener à un enfer familial, la drogue, la maltraitance, mais Ethan n’avait jamais été maltraité. Brooklyn était tout simplement toxique. Des gens s’intoxiquaient à l’amiante, lui c’étaient aux vapeurs du quartier.

Il y a aussi JJ qui a monté son propre groupe de jeunes filles juives. Celles-ci, bien qu’au départ filles modèles, décident d'en découdre avec l'un des plus dangereux gangs latino, les Latin Kings. Touchant de plus près au milieu, elles s'y brulent les ailes.

Et enfin, les deux frères Ill Bill et Necro dont l'avenir balance entre d'un côté les gangs, de l'autre une carrière dans le hip-hop. Mais pourquoi n'embrasseraient-ils pas ces deux voies à la fois ?

Karim Madani au fil de voyages à New-York a rencontré beaucoup de monde dans le milieu du hip-hop. Ce réseau s’est étendu, jusqu’à rencontrer toute cette galaxie de personnages bigger than life. Il nous livre un récit ethnologique sans jugement et on s’attache à chacun en espérant que leur avenir sera meilleur. Car comme le rappait Melle Mel pour Grand Master Flash en 1982, It’s like a jungle sometimes. It makes me wonder how I keep from goin’ under. {C’est comme la jungle parfois. Je me demande comment je me retiendrai de ne pas sombrer.btn commande

Marchialy, 2017, 18 €