librairie
point virgule

Rue Lelièvre, 1 B-5000 Namur | Tél. : +32 (0)81 22 79 37 | info@librairiepointvirgule.be | Du lundi au samedi de 9h30 à 18h30

En face - Pierre Demarty

en face demartyL'avis d'Adrien :

Jean Nochez, tiens, tiens, l’anagramme quasi complète de Jean Echenoz, l’auteur entre autres de Je m’en vais - par ailleurs Pierre Demarty insère dans son texte de très nombreuses références littéraires avec toujours beaucoup d'humour -, Jean Nochez, donc, marié, père de deux enfants, philatéliste de profession mène une vie sans fard, excessivement monotone. Il est tellement moyen, d’une normalité confondante, que le seul excès qu'on puisse trouver dans sa vie est dans cette monotonie.

Une simple pancarte "A louer" apposée sur l'immeuble en face de chez lui va tout bousculer dans sa vie. Une visite de l'appartement en question et sans trop savoir pourquoi, Jean prend la décision, fait déjà relativement marquant dans sa vie, de le louer. Sans rien dire à sa femme, Solange, et à ses enfants, le voilà parti pour une grande aventure. Jean va petit à petit quitter sa vie, faire ce pas de côté et s'installer "en face".
 
Convenons que c'était une extravagance. Que dis-je, une folie. Et à ce titre, une anomalie totale, un parfait hapax dans l'existence de Jean Nochez, laquelle avait jusqu'alors, eût-on dit, mis un point d'honneur à circonvenir toute manifestation d'impulsivité, toute forme d'événement, de quelque nature que ce fût. Jean Nochez, fantassin admirable de la division des ombres qui parmi nous se dirige à pas certains, incalculable et inhéroïque, vers le terme du combat sans songer un seul instant à en dévier l’issue, Jean Nochez, suprême et paradoxale incarnation de ce que l’humanité peut avoir de plus désincarné, Jean Nochez, huître, moule, mollusque, particule, en un mot très exactement individu, n’avait pas la moindre raison de se concevoir capable d’un geste si singulier.
 
L'histoire qui ne peut que mal se terminer est narrée gouailleusement par un des quelques piliers de comptoir que compte "Les indociles heureux", bar du coin de la rue, que va se mettre à régulièrement fréquenter Nochez lors de son extraordinaire épopée.
 
C’est malin, parfois un peu petit malin quand les jeux de langage se font trop ostentatoires, brillantissime par moment, terrifiant, drôle et littéraire la plupart du temps. Pierre Demarty, éditeur et traducteur (Joan Didion, William T. Vollmann, Paul Harding…) nous offre avec ce premier roman un excellent et jouissif moment de lecture.
 
Nous ne résistons pas pour terminer à vous livrer un second extrait gentiment et délicieusement grivois qui dit aussi tout le sel de l'histoire :
 
Tu le savais, toi (mais on entend bien qu'il ne s'adresse à personne en particulier, que c'est à la cantonade qu'il édifie), que Paimpol était jumelé à Grundarfjördur ? Hein ? Pas mal, non ? C'est quoi, Grmlfrdour ? C'est l'Islande, fiston. C'est l'Islande. Un jour, ajoute-t-il dans un susurrement inusité à l'intention de sa femme comme s'il lui faisait miroiter une polissonnerie, un jour nous irons en Islande. Et Solange, dont on gage qu'elle ne s'est jamais aventurée au-delà des positions, étroites d'esprit et du reste, sur lesquelles campe d'ordinaire le missionnaire, et qu'un rien de scandinaverie suffit par conséquent à plonger dans un embarras émoustillé, Solange rougit.
 
Flammarion, 17 €btn commande
 
L'expérience - Christophe Bataille

experience bataille

L'avis de Régis :

Nous sommes dans des mots retenus depuis trop longtemps, des mots qui disent l'interdit, qui trahissent le secret, le fameux « Secret Défense ». Des mots d'une « expérience » impossible, scandaleuse, inhumaine. Quatre-vingt pages qui reviennent sur les tests nucléaires menés par la France en 1961 dans le désert algérien et sur les « hommes-cobayes » qui faisaient partie de l'horrible aventure.

L'écriture de Christophe Bataille est stupéfiante de beauté, tantôt nerveuse, tantôt frôlant le silence. Nous sommes là, nous sommes ces jeunes soldats, nous voyons ce qui ne peut être vu. La description faite de l'explosion dégage un sentiment incroyable pour le lecteur. Nous sommes au-delà du temps, au-delà de la lumière, au-delà de la mort. C'est un véritable choc de lecture, et une preuve supplémentaire que seule la littérature peut donner forme à l'indicible. Un texte bref, tout en retenue, mais bouleversant et qui réveille un questionnement essentiel sur l'obéissance, le patriotisme et la mort.btn commande

Grasset, 13,45 €

 
Danser les ombres - Laurent Gaudé

danser ombres gaudeL'avis d'Edith

Avec Danser les ombres, Laurent Gaudé nous offre un univers de plus, celui d'Haiti, dans les jours qui ont précédé et suivi le terrible tremblement de terre de 2010.

On découvre d'abord Haiti par ses habitants. On marche derrière Lucine dans les bruits et les odeurs. On rencontre Saul, meurtri comme tous par les années de lutte contre la dictature, aux idéaux fatigués. On découvre Facteur Sénèque, le Vieux Tess, Firmin et ses ombres. Et avec eux, on découvre une âme commune, cabossée et joyeuse.

Lucine est une jeune haitienne. 5 ans avant, elle avait quitté Port-au-Prince, ses révoltes étudiantes et ses rêves d'un Haiti plus juste, pour prendre soin de sa sœur folle et enceinte. 5 ans après, Nine est morte, Lucine retourne à Port-au-Prince. Et peu à peu, tout semble pouvoir briller à nouveau. Le bonheur y est simple, il a été durement gagné. Le livre pourrait se terminer là, simplement rayonnant, autour d'une bouteille de rhum et d'une table d'amis. S'il n'y avait pas la vie.

La terre tremble. Et on tremble avec Lucine qui tremble de ne pas retrouver Saul, Saul qui tremble de ne pas retrouver Lucine, avec le Vieux Tess, avec Ti Sourire. Et puis les morts se glissent entre les lignes de Gaudé et les vivants de Port-au-Prince. Laurent Gaudé dilue la frontière de la réalité, et pourtant son roman reste réaliste, entre les croyances vaudou et l'universel de la mort.

Laurent Gaudé a quelque chose du photographe Salgado. Non pas qu'il rende la misère et le drame beaux, mais il y rend l'humain lumineux. Lumineux dans les instants de vie gagnés sur l'adversité quand ceux qui cherchent après les vivants entendent une voix sous les décombres. Lumineux dans le bonheur jamais tout à fait acquis du quotidien. Lumineux dans sa fragilité et sa force.

Danser les ombres est un hymne dansé à ceux qui n'auraient pas dû partir, un hymne aux morts et aux vivants.

Actes Sud, 19,80€btn commande

 

 
<< Début < Précédent 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 Suivant > Fin >>

Page 21 sur 31