librairie
point virgule

Rue Lelièvre, 1 B-5000 Namur | Tél. : +32 (0)81 22 79 37 | info@librairiepointvirgule.be | Du lundi au samedi de 9h30 à 18h30

Sciences humaines
La troisième île - Fredrik Sjoberg

troisieme ile - sjobergL'avis d'Anouk:

Voici à n'en pas douter l'un des livres les plus singuliers et les plus attachants que l'on puisse trouver.

Son auteur est un biologiste suédois, spécialiste de la mouche syrphe. Son personnage, un compatriote, lui aussi entomologiste : Gustav Eisen (1847-1940), qui outre sa passion pour les vers de terre, dont il fut de son vivant le plus grand spécialiste au monde, était aussi ami de Strindberg, conservateur de musée, archéologue, viticulteur, créateur du Parc National de Sequoia de la Sierra Nevada, aquarelliste, infatigable curieux de « l'énigme de la vie ». D'Eisen, Sjöberg dit qu'il est comme « un puzzle composé d'un trop grand nombre de morceaux ».

Si l'on m'avait prédit qu'un jour la lecture d'un livre écrit par un spécialiste des mouches sur un spécialiste des vers de terre m'enchanterait, j'aurais souri. Et pourtant, la rencontre de Sjöberg et d'Eisen nous régale d'un livre absolument incomparable, une merveille d'intelligence vagabonde. Collectionneur d'insectes, Fredrik Sjöberg a aussi le don d'épingler, avec patience et précision, des scènes délicieusement cocasses tirées de la biographie de Gustav Eisen autant que de sa propre vie. Et le lecteur de lui emboîter le pas avec bonheur, et bonne humeur.

José Corti, Biophilia, 20 €

 
Young Lords. Histoire des Black Panthers latinos (1969-1976) – Claire Richard

young lordsL'avis d'Edith:

Beaucoup ont déjà entendu parler des Black Panthers. Plus ou moins précisément, on sait qu’il s’agit d’un mouvement révolutionnaire afro-américain de libération. Ceux qu’on connait moins, voire pas du tout, ce sont les Young Lords, un groupe de jeunes révolutionnaires latino-américains du quartier portoricain d’El Barrio (New York), à la fin des années 1960. À l’instar des Black Panthers, ils ont décidé de s’organiser pour résister à l’oppression et à la discrimination de leurs communautés, remplacer l’Etat capitaliste et raciste par des alternatives communautaires et politisées.

Du ramassage des poubelles non évacuées de leurs quartiers au détournement du camion de radiologie de la mairie de New York, en passant par l’organisation de déjeuners gratuits et l’occupation d’un hôpital pour dénoncer son délabrement, les Young Lords ont été incroyables d’ingéniosité et d’émulation collective dans leurs actions. Leur succès fut tel que d’autres groupes se lancèrent dans d’autres villes.

Au-delà de leurs prouesses, il se distinguent aussi des mouvements révolutionnaires de l’époque par leur attention aux rapports de domination en interne à leur mouvement (féminisme, homophobie, racisme…) et sont particulièrement attentifs à leurs manières de fonctionner ensemble et à l’importance de se changer soi-même pour pouvoir s’émanciper vraiment du système qui les opprime.

Le livre, presqu’essentiellement composé de témoignages recueillis par Claire Richard ou d’extraits de documents divers de l’époque, se lit comme un roman et constitue une passionnante leçon de community organising appliqué. Traçant la vie du mouvement de ses débuts à sa fin, il donne aussi des clés pour tirer d’éventuelles leçons des mouvements qui terminent mal, déchirés entre autres par des conflits internes.

Terriblement inspirante, lumineuse d’idéal, cette page méconnue de l’Histoire du mouvement social américain vaut vraiment la peine d’être découverte.

L'Echappée, 19€ btn commande

 
Ces hommes qui m'expliquent la vie - Rebecca Solnit

ces hommes qui expliquent - solnitL'avis d'Edith:

Les neuf articles, écrits entre 2008 et 2014 et retouchés pour leur parution groupée au sein d’un livre, déroulent le point de vue extrêmement nourrissant de Rebecca Solnit sur le féminisme et les inégalités de genre aujourd’hui. De l’anecdotique – ce patriarche blanc qui lui explique son propre ouvrage pendant une soirée sans entendre qu’elle en est l’auteure – au systémique – des chiffres et des cas de viols dans le monde entier –, Rebecca Solnit remet certaines pendules à l’heure et s’empare du pouvoir de raconter le monde pour avoir prise dessus. Elle permet ainsi au lecteur d’y voir plus clair sur certains mécanismes structurels de la domination masculine, comme par exemple le phénomène de discrédit potentiellement systématique auquel doit faire face une femme qui élève la voix contre le sexisme.

Rebeca Solnit éclaire aussi notre actualité d’exemples moins connus, comme le hashtag viral #YesAllWomen qui, en 2014, a eu un effet similaire au #MeToo des mois précédents. Ce hashtag visait à répondre à la réaction masculine « Pas tous les hommes » en montrant que si certes tous les hommes ne sont pas misogynes et violeurs, touts les femmes, elles, vivent bien dans la peur des hommes qui le sont.

Le livre montre comment une partie de l’histoire du féminisme est de parvenir à définir et nommer les oppressions et les violations. Harcèlement sexuel, viol conjugal, mecsplication… sont désormais des outils linguistiques (et parfois juridiques) pour redéfinir le monde et ouvrir la voie au changement. Par ses articles, Rebecca Solnit contribue à ce travail de titan.

La voix de Rebecca Solnit étant ainsi porteuse de ce message qu’il est fondamental de s’approprier le langage et le récit du monde pour pouvoir le changer, les Éditions de l’Olivier auraient difficilement pu trouver une voix aussi pertinente et salutaire que la sienne pour ouvrir leur nouvelle collection « Les feux ».

Malgré des exemples parfois accablants, le livre est porteur d’espoir, et Rebecca Solnit résolument optimiste. Certes le chemin est encore long, mais certes nous sommes en chemin, et certainement pas seul.e.s.

 

Editions de l'Olivier, traduit de l’anglais (États-Unis) par Céline Leroy, 16 €btn commande

 
<< Début < Précédent 1 2 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 2