librairie
point virgule

Rue Lelièvre, 1 B-5000 Namur | Tél. : +32 (0)81 22 79 37 | info@librairiepointvirgule.be | Du lundi au samedi de 9h30 à 18h30

Lectures
Désorientale - Négar Djavadi

desorientale - djavadiL'avis d'Anouk:

Il est rare de lire un premier roman d'une telle intensité. Avec "Désorientale", Négar Djavadi réussit son entrée dans le monde de la littérature de façon vraiment époustouflante.

Son héroïne Kimiâ Sadr, fille d'une famille iranienne francophile et communiste, nous embarque dans un monologue qui revisite rien moins que l'histoire de l'Iran et celle de sa famille. Kimiâ hérite de sa grand-mère, née au début du 20e siècle dans un harem et morte le matin de sa propre naissance, outre une troublante ressemblance physique qui laisse sans voix les innombrables frères et soeurs de la défunte, un courage, une ténacité, une liberté inentamables. Curieuse et chahuteuse, elle tisse sous nos yeux la mémoire familiale, ses heures de gloire et ses tragédies, ses approximations, ses fabulations, ses béances. La puissance de narration de cette Shéhérazade rock laisse pantois, et l'on ne peut qu'être ébloui par son sens de la digression, du détail piquant, des accélérations vertigineuses et des moments suspendus.

Puis vient la Face B, aussi sensible et intime que la Face A était épique et tragique. À la geste des Sadr suit le portrait subtil de Kimiâ, déchirée par l'exil et l'errance qu'il impose entre deux pays, deux langues, deux cultures. Kimiâ forte et si fragile, intelligente et rebelle, Kimiâ sans boussole, sauvée par la musique, sa vraie patrie, et par l'amour bien sûr qu'elle trouve dans les bras d'une bassiste flamande. Si la Face A de "Désorientale" transporte, sa Face B étreint avec autant de puissance. Presque mère après le laborieux parcours des PMA, Kimiâ arrive à l'heure où il faut faire la paix avec soi-même et le passé.

On croise dans ce livre épatant quelques personnages dont il est certain qu'on ne les oubliera jamais, tel cet Oncle Numéro 2, sa machine à coudre et ses secrets soigneusement gardés. Et puis Sara et Darius, parents de Kimiâ, éperdus d'amour et de liberté, fin lettrés, opposants vigoureux à tous les régimes qui se succèdent. Pour eux engagement politique et littérature sont une seule et même porte vers la vie libre et debout. Leur fille ne déméritera pas.

Flamboyante et ambitieuse, Négar Djavadi tient toutes les promesses que l'on sent en germe dès les premières pages de "Désorientale". Et tout cela avec un humour, une tendresse, une générosité qui font de la lecture de son roman une bulle de bonheur parfait.

btn commandeLiana Levi, 22 €

 

 


>>> Rendez-vous le 21 mars à 19 heures à la librairie pour un atelier de lecture autour de "Désorientale", organisé dans le cadre du Festival Passa Porta.

>>> Meilleur premier roman de 2016 selon le Magazine Lire, Prix du Style 2016, Prix des librairies Folie d'encre et L'Autre Monde, Prix Première des auditeurs de la RTBF

 

 
Désorientale - Négar Djavadi

desorientale - djavadiL'avis d'Anouk:

Il est rare de lire un premier roman d'une telle intensité. Avec "Désorientale", Négar Djavadi réussit son entrée dans le monde de la littérature de façon vraiment époustouflante.

Son héroïne Kimiâ Sadr, fille d'une famille iranienne francophile et communiste, nous embarque dans un monologue qui revisite rien moins que l'histoire de l'Iran et celle de sa famille. Kimiâ hérite de sa grand-mère, née au début du 20e siècle dans un harem et morte le matin de sa propre naissance, outre une troublante ressemblance physique qui laisse sans voix les innombrables frères et soeurs de la défunte, un courage, une ténacité, une liberté inentamables. Curieuse et chahuteuse, elle tisse sous nos yeux la mémoire familiale, ses heures de gloire et ses tragédies, ses approximations, ses fabulations, ses béances. La puissance de narration de cette Shéhérazade rock laisse pantois, et l'on ne peut qu'être ébloui par son sens de la digression, du détail piquant, des accélérations vertigineuses et des moments suspendus.

Puis vient la Face B, aussi sensible et intime que la Face A était épique et tragique. À la geste des Sadr suit le portrait subtil de Kimiâ, déchirée par l'exil et l'errance qu'il impose entre deux pays, deux langues, deux cultures. Kimiâ forte et si fragile, intelligente et rebelle, Kimiâ sans boussole, sauvée par la musique, sa vraie patrie, et par l'amour bien sûr qu'elle trouve dans les bras d'une bassiste flamande. Si la Face A de "Désorientale" transporte, sa Face B étreint avec autant de puissance. Presque mère après le laborieux parcours des PMA, Kimiâ arrive à l'heure où il faut faire la paix avec soi-même et le passé.

On croise dans ce livre épatant quelques personnages dont il est certain qu'on ne les oubliera jamais, tel cet Oncle Numéro 2, sa machine à coudre et ses secrets soigneusement gardés. Et puis Sara et Darius, parents de Kimiâ, éperdus d'amour et de liberté, fin lettrés, opposants vigoureux à tous les régimes qui se succèdent. Pour eux engagement politique et littérature sont une seule et même porte vers la vie libre et debout. Leur fille ne déméritera pas.

Flamboyante et ambitieuse, Négar Djavadi tient toutes les promesses que l'on sent en germe dès les premières pages de "Désorientale". Et tout cela avec un humour, une tendresse, une générosité qui font de la lecture de son roman une bulle de bonheur parfait.

Liana Levi, 22 €btn commande


>>> Rendez-vous le 21 mars à 19 heures à la librairie pour un atelier de lecture autour de "Désorientale", organisé dans le cadre du Festival Passa Porta.

>>> Meilleur premier roman de 2016 selon le Magazine Lire, Prix du Style 2016, Prix des librairies Folie d'encre et L'Autre Monde, Prix Première des auditeurs de la RTBF

 
Canne - Jean Toomer
canneL'avis d'Adrien :
 
Jean Toomer fut avec Canne le fer de lance de l’Harlem Renaissance, mouvement de renouveau de la culture afro américaine de l’entre-deux-guerres. Toomer disait que coulait en lui sept sangs différents mais quand dans sa jeunesse on le qualifiait de métisse, lui se revendiquait américain. C’est en se confrontant à la ségrégation raciale du sud qu’il affirma son identité afro-américaine et vint alors Canne.
 
Publié en 1923 – la présente traduction française est celle de 1971 exclusivement destinée alors à l’Afrique francophone – mélange de chants, poèmes, nouvelles, à la fois onirique et réaliste, cartographiant avec lyrisme le peuple afro de Géorgie ainsi que les quartiers noirs de Washington, Canne (comme le sucre de, et ses plantations du Sud) est assurément un chef d’œuvre de la littérature du 20e siècle et c’est peu de le dire. Tout cela coule d’une belle source, on sent que chaque mot est naturellement pesé et soupesé, le mot juste placé au bon moment au bon endroit de sorte que cela nous entraîne dans un tourbillon de littérature, on peut le relire sans fin en découvrant à chaque lecture un nouvelle trésor caché. Les mots manquent réellement pour dire la beauté de Canne et je mentirais par omission si je ne vous disais pas simplement que c’est absolument magnifique et puissant. Toomer s’immerge complétement dans chacun de ses personnages, dans chacun de ses poèmes. Il nous parle des afro américains, de leur condition, esclavagisme aboli dans la loi, esclavagisme toujours bien présent dans les faits, ce qui malheureusement se vérifie encore en grande partie, notamment aux Etats-Unis.
 
La bonne littérature éclaire le lecteur d’une lumière nouvelle, la grande littérature s’insinue en chacun de nous, transcende son temps, et sa puissance se vérifie bien après sa publication, Canne est de cette trempe.
 
Et si vous n’êtes pas encore convaincu, je terminerai cette bafouille par ce qu’en dit un éminent confrère « Des mots comme chef d’œuvre ne suffisent pas. Je donne 90 % de ce que j’ai lu dans ma vie pour ce seul livre. Et je suis sérieux. »
 
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jean Wagner, Ypsilon, 20 €
 
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 10 sur 58