librairie
point virgule

Rue Lelièvre, 1 B-5000 Namur | Tél. : +32 (0)81 22 79 37 | info@librairiepointvirgule.be | Du lundi au samedi de 9h30 à 18h30

Lectures
La transparence du temps - Leonardo Padura

 

transparence du temps - paduraL'avis d'Anouk:

On dit parfois que le roman policier est la meilleure porte pour accéder à l’âme d’un pays. Pas certain que l’on puisse réduire les aventures de Mario Conde à son ancien uniforme de flic, et pourtant c’est une évidence: les livres qui le mettent en scène, signés de l’immense Leonardo Padura, immergent leur lecteur dans la vie cubaine et distillent des images, des odeurs, des sensations puissantes. Depuis 1991 que Mario Conde arpente les romans de Padura, il est devenu notre guide dans la lumière et la misère de La Havane – un guide érudit, formidablement attachant et jamais complaisant. Aussi, ouvrir La transparence du temps constitue déjà la promesse de retrouvailles avec Conde et sa tribu, et l’on ne sera pas déçu. Une intrigue prenante, l’humour et l’acuité, des repas fraternels et arrosés, la finesse de l’analyse politique: Padura est à son meilleur.

 

Chargé par un ancien copain de lycée devenu marchand d’art de retrouver une statue de la Vierge noire, Mario Conde nous emmène dans une passionnante enquête sur la santeria, religion populaire héritée des siècles de l’esclavage. On le suit aussi dans un effroyable bidonville aux portes de la ville, où s’entassent dans des conditions dantesques des réfugiés venus des provinces pauvres de l’Est de Cuba. Au cours de l’enquête, les cadavres se multiplient, le rythme est soutenu et Conde prend pas mal de bosses et de coups au cœur. Mais ce qui fait le charme et l’intelligence des livres de Padura tient davantage aux moments où le temps se suspend, entre savoureuses tranches de vie et réflexions de Conde sur les années qui passent, les amis qui s’éloignent, le destin de son île. Le parfait roman de votre été, tout à la fois malin, truculent et mélancolique.

 

Traduit de l’espagnol (Cuba) par Elena Zayas, Métailié, 23 €btn commande

 
Les Amis - Aja Gabel

 

amis - gabelL'avis de Régis:

Vif, drôle, mélancolique et follement attachant, le premier roman d’Aja Gabel est LE livre de votre été!

En plus d’être musicienne, cette jeune auteure américaine s’inscrit d’emblée dans la grande tradition des romanciers anglo-saxons jubilatoires, qui ont cet art si particulier de vous happer totalement, de vous faire vivre, aux côtés de leurs personnages, des heures de lecture intenses qui vous arrachent au quotidien. On pensera au cultissime Tout petit monde de David Lodge, paru chez le même éditeur il y a trente ans. Une immersion dans un microcosme tout aussi cruel, passionnant et ambitieux que celui du milieu universitaire: celui de la musique, et plus particulièrement de la musique de chambre, et plus précisément encore du quatuor à cordes!

Sur près de vingt ans, du début des années 90 à San Francisco aux années 2010 en Californie du Nord, Brit, Jana, Henry et Daniel sont les brillants musiciens du quatuor Van Ness, pour le meilleur ou pour le pire. Ces « amis », reliés par des sentiments parfois très contradictoires et souvent inavouables, vont tenter de vivre cette expérience exaltante et peu commune d’atteindre ensemble l’harmonie idéale, «encordés» qu’ils sont au service des œuvres travaillées. Combien de renoncements nécessaires pour cela, d’ambitions retenues, de larmes ravalées? Comment rester celle ou celui qu’on rêvait d’être tout en se mettant au service de cette carrière exigeante? Années après années, de francs succès en passages à vide, d’amours contrariées en réconciliations amicales, de tensions glaciales en moments de complicité fusionnelle, les quatre amis vont tout simplement apprendre à vivre et à grandir.

Parfaitement construit en quatre mouvements et une coda, tout comme la forme musicale qu’est le «quatuor à cordes», ce roman intemporel, tout en nuance, nous montre l’endroit et l’envers d’une telle aventure musicale, entre émotion et perfection. Et c’est la vie, la leur, la nôtre, qui jaillit à chaque page, pour notre grand plaisir !

 

Rivages traduit de l’anglais (États-Unis) par Cyrielle Ayakatsikas, Rivages, 22.80 €btn commande

 
Habiter le monde

habiter le monde.jpeg"Habiter le monde, c’est se concevoir comme appartenant à un espace plus large

que son groupe ethnique, sa nation… c’est pleinement habiter les histoires

et les richesses des cultures plurielles de l’humanité"

 

Felwine Sarr, Habiter le monde, essai de politique relationnelle (Mémoire d'Encrier)

Lire la suite...
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 9 sur 79