librairie
point virgule

Rue Lelièvre, 1 B-5000 Namur | Tél. : +32 (0)81 22 79 37 | info@librairiepointvirgule.be | Du lundi au samedi de 9h30 à 18h30

Lectures
L'échelle de Jacob - Ludmila Oulitskaïa

echelle jacob - oulitskaiaL'avis d'Anouk:

"Elle éprouvait un sentiment étrange et très fort: elle, Nora, la seule et unique Nora, voguait sur un fleuve avec derrière elle, se déployant en éventail, ses ancêtres, trois générations de personnes immortalisées sur des photos, avec des noms qu'elle connaissait, et derrière eux, dans les profondeurs de ces eaux, une suite sans fin d''ancêtres anonymes, des hommes et des femmes qui s'étaient choisis par amour, par passion, par calcul, sur l'injonction de leurs parents, qui avaient produit et protégé une descendance, et ils étaient une multitude immense, ils peuplaient toute la terre, les berges de toutes les rivières, ils croissaient et se multipliaient afin de la produire elle, Nora, et elle, elle produisait son seul et unique Yourik, et lui produisait encore un petit Jacob, et cela donnait une histoire sans fin à laquelle il était si difficile de trouver un sens, bien qu'il palpitât clairement en un fil ténu".

Dans un pays qui s'appelait encore l'URSS, une généticienne se voit du jour au lendemain congédiée de son institut de recherche. Son crime ? Les autorités ont découvert que sa machine à écrire a servi à copier des samizdats. Rendons grâce au zèle de la police soviétique, prompte à traquer les âmes dissidentes : nous lui devons la naissance d'une immense écrivaine.

De Ludmila Oulitskaïa, il faut tout lire. Ses nouvelles, admirables. Ses romans brefs, sublimes. Ses chroniques, percutantes. Et plus que tout il faut lire ses amples fresques, Sincèrement vôtre, Chourik, Le chapiteau vert ou aujourd'hui L'échelle de Jacob. L'intelligence romanesque qui s'y déploie, leur exceptionnel sens du détail, les vies rugueuses et tourmentées que l'on y croise – tout dans les livres de Ludmila Oulitskaïa nous fait éprouver, au sens le plus fort, notre appartenance à la famille des hommes.

L'échelle de Jacob qui paraît aujourd'hui retrace un siècle de destins tissés avec brio. Le roman s'ouvre en 1975, une époque où le cours de l'histoire semble s'être figé en URSS. Nora vient d'avoir un fils, sa grand-mère meurt, une malle en osier et les lettres qu'elle contient passent de l'une à l'autre. Dépositaire de l'histoire de ses grands-parents, Nora mettra toute une vie à déplier les secrets qu'elle recèle. Et nous voici embarqués à ses côtés pour un voyage époustouflant, où il sera question d'amours entravées, d'illusions perdues, de courage et de liberté, de solidarité et de trahison. Autant de questions qui étaient déjà au cœur du Chapiteau vert, et qui prennent ici une dimension plus bouleversante encore lorsque l'on comprend que l'histoire de Nora et des siens est, à peine transposée, celle de la famille de Ludmila Oulitskaïa.

Traduit du russe par Sophie Benech, Gallimard, 26 €btn commande

 
Philip Roth est mort

philip rothGrande tristesse ce matin en apprenant la mort de Philip Roth.

Lire la suite...
 
Young Lords. Histoire des Black Panthers latinos (1969-1976) – Claire Richard

young lordsL'avis d'Edith:

Beaucoup ont déjà entendu parler des Black Panthers. Plus ou moins précisément, on sait qu’il s’agit d’un mouvement révolutionnaire afro-américain de libération. Ceux qu’on connait moins, voire pas du tout, ce sont les Young Lords, un groupe de jeunes révolutionnaires latino-américains du quartier portoricain d’El Barrio (New York), à la fin des années 1960. À l’instar des Black Panthers, ils ont décidé de s’organiser pour résister à l’oppression et à la discrimination de leurs communautés, remplacer l’Etat capitaliste et raciste par des alternatives communautaires et politisées.

Du ramassage des poubelles non évacuées de leurs quartiers au détournement du camion de radiologie de la mairie de New York, en passant par l’organisation de déjeuners gratuits et l’occupation d’un hôpital pour dénoncer son délabrement, les Young Lords ont été incroyables d’ingéniosité et d’émulation collective dans leurs actions. Leur succès fut tel que d’autres groupes se lancèrent dans d’autres villes.

Au-delà de leurs prouesses, il se distinguent aussi des mouvements révolutionnaires de l’époque par leur attention aux rapports de domination en interne à leur mouvement (féminisme, homophobie, racisme…) et sont particulièrement attentifs à leurs manières de fonctionner ensemble et à l’importance de se changer soi-même pour pouvoir s’émanciper vraiment du système qui les opprime.

Le livre, presqu’essentiellement composé de témoignages recueillis par Claire Richard ou d’extraits de documents divers de l’époque, se lit comme un roman et constitue une passionnante leçon de community organising appliqué. Traçant la vie du mouvement de ses débuts à sa fin, il donne aussi des clés pour tirer d’éventuelles leçons des mouvements qui terminent mal, déchirés entre autres par des conflits internes.

Terriblement inspirante, lumineuse d’idéal, cette page méconnue de l’Histoire du mouvement social américain vaut vraiment la peine d’être découverte.

L'Echappée, 19€ btn commande

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 4 sur 62