librairie
point virgule

Rue Lelièvre, 1 B-5000 Namur | Tél. : +32 (0)81 22 79 37 | info@librairiepointvirgule.be | Du lundi au samedi de 9h30 à 18h30

Littérature française
La Bête a bon dos - Christine Van Acker

La Bete a bon dos Van AckerL'avis de Delphine

 

Saviez-vous que la sauterelle – à qui l’expression les plaisirs de la chair doit paraître bien incongrue – se retrouve, après le passage du mâle, avec une poche de sperme sur les mandibules, et qu’elle doit ensuite s’échiner, quelques heures durant, à la percer, avant de se féconder elle-même et d’enfouir ses œufs dans le sol ? Qu’un dénommé Tardigrade, qui se présente sous la forme singulière d’un « sac d’aspirateur muni d’un groin », peut rester en état de cryptobiose pendant trente ans ? Que la sagacité des corneilles leur permet de profiter du passage des voitures pour casser des noix dont elles peuvent ensuite se régaler sans coup férir ?

C’est ce que vous apprendrez – entre autres – en lisant le livre de Christine Van Acker, quatorzième volume d’une collection qui se voue à mettre en scène le vivant sous les éclairages les plus divers, qu’ils soient scientifiques ou littéraires.

La Bête a bon dos est un recueil de brèves chroniques dont chacune décrit, avec les détails que fournissent l’observation patiente et la recherche minutieuse, la vie et les mœurs d’un animal ou d’une espèce, de l’eucaryote à un « spécimen rare » – le mauvais sujet – en passant par l’écureuil et le ver de terre. Dans ce bestiaire truffé de digressions enjouées et jamais importunes, Christine Van Acker allie la précision et la rigueur de l’érudition à un humour malicieux, sans jamais tomber dans la pédanterie, la lourdeur ou le didactisme. Elle évite aussi les écueils qui, à ce qu’il semble, menacent tout qui se met, surtout hors d’un cadre scientifique, à parler des animaux : anthropomorphisme, niaiserie, angélisme et gâtisme – point n’est besoin, pour parler des – ou aux – bêtes, de bêtifier. On ne sent pas non plus, dans le ton de l’auteure, de relents idéologiques : toute verte que soit celle à laquelle on pense, elle n’est pas plus blanche qu’une autre, et c’est un esprit léger, fin et nuancé, sans dogmatisme, que celui qui anime ces pages.

Il en résulte un ouvrage du plus vif intérêt, que nourrissent aussi bien le propos de l’auteure que les nombreuses citations qu’elle égrène tout au long de cette promenade buissonnière dans le règne animal – on y croise Colette, Renard, Fabre, …

Ces histoires naturelles invitent à en lire d’autres – la collection Biophilia, d’ailleurs, compte une quinzaine de titres – et surtout à prendre le temps de regarder les bêtes, en portant sur elles un regard curieux et, s’il se peut, naïf, disposé à l’étonnement perpétuel et aux ravissements renouvelés.

 

Corti, collection "Biophilia", 18 eurosbtn commande

 
Rendez-vous à Parme - Michèle Lesbre

Rendez-vous à Parme - LesbreL'avis de Delphine

 

«  Nos vies sont peuplées d’ombres flottantes. »

Un dimanche d’hiver, Laure, la narratrice, ouvre les cartons que Léo, un ancien et très cher ami, metteur en scène, lui a légués avant de mourir. Au fond de l’un d’eux, qui porte la mention : « Voilà les livres dont je me souviendrai au paradis, ils sont pour toi », elle découvre une œuvre dont il n’avait jamais été question entre eux : La Chartreuse de Parme, qui agit sur elle comme certaine madeleine bien connue et l’entraîne, elle aussi, à la recherche d’un temps qui, comme chacun le sait, n’est jamais vraiment perdu.

Rendez-vous à Parme est un voyage gigogne : l’escapade en Italie, pèlerinage profane et rendez-vous in absentia, ramène Laure à une rencontre singulière dont le souvenir était enfoui et qui a laissé une empreinte très douce dans son cœur  de jeune fille. Elle ranime les heures passionnées, lumineuses et parfois douloureuses, passées à apprendre les textes, à les déclamer et à les incarner, sous la férule d’un Léo intransigeant qui avait fondé, au lycée, une petite troupe de théâtre. Elle esquisse enfin un voyage à venir, celui qu’initie la frêle éclosion d’un nouvel amour.

Ce récit, dont l’intrigue ténue et resserrée se déploie en filigrane pour qui lit au-delà des lignes, est peuplé de fantômes qui sont des phares : ceux des hommes qui ont joué un rôle essentiel dans la vie de Laure, qui l’ont nourrie, inspirée et élevée, qu’ils soient de chair et d’os ou d’encre et de papier. L’auteur y met en scène les toiles irisées que tissent, souvent à notre insu, les mots des écrivains, les liens invisibles mais indéfectibles et puissants, que nouent les œuvres entre les lecteurs, qu’ils soient proches ou non – mais ne l’est-on pas, proche, et peut-être intimement, quand on aime les mêmes livres ?

Cette élégie, qui chante les chatoyances du souvenir et du désir, charme autant par son propos que par la voix qui la porte : celle de Michèle Lesbre, délicate et feutrée, qui s’incarne dans une écriture concise et dense, toute en finesse et en subtilité.

 

Sabine Wespieser, 15 euros btn commande

 
Doggerland - Élisabeth Filhol

doggerland - filholL'avis d'Anouk:

"Doggerland", c'est un monde englouti, une terre de collines et de forêts grande comme la Sicile qui depuis huit mille ans gît sous la Mer du Nord. Le Doggerland, qui reliait la Grande Bretagne au continent, était habité par des populations de chasseurs-cueilleurs. On ne sait comment il a disparu (tsunami violent ou montée progressive des eaux), mais une chose est certaine: « quand la Révolution néolithique a atteint les pays riverains de la mer du Nord, le Doggerland avait déjà disparu. Exclu des mythes européens, de l'imaginaire collectif ».

Élisabeth Filhol offre aujourd'hui une histoire à cette terre oubliée.

Une histoire faite de la sédimentation d'éléments très différents: schistes et carbones, failles géologiques, recherches archéologiques, amours manquées. Une histoire qui, comme le Doggerland, rassemble les rivages de l'actuelle mer du Nord, de la ville écossaise d'Aberdeen à Aarhus au Danemark. Une histoire enfin qui brasse les temps avec une époustouflante subtilité: si "Doggerland" nous promène dans le temps long des ères géologiques, le roman tient en trois journées de décembre 2013, trois journées marquées par le déferlement de la tempête Xaver sur le Nord de l'Europe. C'est précisément ces jours-là que se retrouvent Margaret et Marc: ils se sont aimés vingt ans plus tôt, ont partagé leur jeunesse et les blessures de leurs âmes tourmentées, puis la vie les a séparés. À Margaret, la sage universitaire, l'étude lente et minutieuse de la géologie du Doggerland, la patiente reconstitution de ce monde perdu. Sa quête scientifique est ausssi intime: « Pas d'autre perte irrémédiable que celle que l'on porte en soi, terre d'un exil dont certains se sont remis et d'autres non. Et Margaret est de ceux-là, qui en ont fait un objet d'étude pour mieux lutter. Cet endroit insondable en elle, inaccessible aux relevés topographiques, celui qui lui a été barré dès l'origine, empêché, interdit d'accès et donc par la suite de s'en séparer, de s'en détacher progressivement, elle l'a écarté, mis de côté, remplacé par cette tache blanche à conquérir, à réinvestir au milieu de la mer du Nord ». Marc a préféré à la noblesse de la recherche la flamboyance de l'industrie pétrolière, l'argent facile, la tension, la vitesse. Pour lui aussi, néanmoins, c'est une façon de faire taire les rugissements des démons qui le rongent. La tempête Xaver viendra balayer les remparts que Margaret et Marc ont patiemment édifiés. « La tempête nettoie, fait table rase, nous offre une nouvelle chance, pense Margaret, l'occasion de reconstruire sur des bases nouvelles. Chacun pourrait avoir une bonne raison de l'accueillir ».

Autour de Margaret et Marc, Élisabeth Filhol renoue avec les préoccupations écologiques (la surexploitation de la mer du Nord, le court-termisme de notre société capitaliste) et politiques (le pouvoir des multinationales et des lobbies gangrénant les espaces démocratiques) qui étaient déjà au centre de ses précédents romans, "Centrale" et "Bois II". Elle met en scène avec une épatante virtuosité tous les paradoxes de la science contemporaine, entre prodiges technologiques et inquiétante fuite en avant. Pour autant, si le décor scientifique de "Doggerland" impressionne par sa rigueur et son réalisme, il n'écrase jamais les destinées humaines au cœur du livre. Élisabeth Filhol tisse avec finesse les microfissures intimes menaçant à tout moment l'équilibre de ses personnages, et les failles sismiques qui font trembler les fonds de la mer du Nord. « Quantité de failles chez l’un et l’autre, quantité de micro-séismes, comprend-il vingt ans plus tard, au lieu d’en réguler l’amplitude, dans un effet miroir, de s’autoréguler, chez eux tout s’additionne, s’amplifie, rien ne se soustrait. » 

On ne dira rien de la fin — de la double fin — de ce roman épuré, tendu et habité par les lumières du Nord. Seulement qu'elle est sublime, et qu'elle remue aussi puissamment que les eaux qui ont emporté le Doggerland.

 

P.O.L., 19.50 €btn commande

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 29