librairie
point virgule

Rue Lelièvre, 1 B-5000 Namur | Tél. : +32 (0)81 22 79 37 | info@librairiepointvirgule.be | Du lundi au samedi de 9h30 à 18h30

Littérature étrangère
Pourquoi être heureux quand on peut être normal ? - Jeanette Winterson

pourquoi être heureux

L'avis d'Anouk :

"Pourquoi être heureux quand on peut être normal?", demandait à sa fille la mère adoptive de Jeanette Winterson. Pentecôtiste fervente, dépressive, persuadée d'avoir choisi le mauvais berceau lors de l'adoption de Jeanette, la mère fait figure d'un ogre sorti des plus noirs cauchemars. Grandir avec (ou plutôt contre) cette mère sinistre n'a pourtant pas empêché que Jeanette Winterson trouve son propre chemin. Elle le fait dans la souffrance, avec des détours hasardeux, mais guidée par une énergie et une confiance inébranlables.

Jalonné de lectures, de rencontres, de filles aimées, le livre de Jeanette Winterson reflète un parcours intellectuel et humain hors du commun. La romancière déjoue tous les clichés pour faire revivre la petite fille et l'adolescente qu'elle a été. L'émotion est partout présente, mais l'ironie, la générosité et la fantaisie de Jeanette Winterson la tiennent loin du pathos.

Lumineux, féroce, engagé, redoutablement intelligent : "Pourquoi être heureux..." compte parmi les lectures qu'on n'oublie pas.

Traduit de l'anglais par Céline Leroy

L'Olivier, 21 euros

 btn commande

 
Spooner - Pete Dexter

spooner dexterL'avis de Patrick :

Spooner est un fils turbulent de l'Amérique des années 50. Son beau-père s'efforce de le cadrer, mais tout semble jouer contre lui. Avec ce portrait au vitriol de la middle-class pavillonnaire, Pete Dexter signe une poignante tragi-comédie, dont le ton fait souvent penser au cinéma des frères Coen.

Traduit de l'anglis (États-Unis) par Olivier Deparis

Points, 8.30 €btn commande

 
Corps étrangers - Cynthia Ozick

corps trangers

L'avis de l'Editeur :

1952. Doris « Do » Nightingale est chargée par son frère Marvin de retrouver son neveu. Do découvre que le jeune Julian mène la vie de bohème à Paris. Il essaie d’être artiste et vit avec une Roumaine en exil dans un appartement luxueux qu’ils ne paient pas… La sœur de Julian, Iris, les rejoint : elle aussi cherche à fuir le destin trop étriqué qui l’attend en Amérique. Mais le Paris idyllique n’est qu’une légende et les trois idéalistes doivent affronter la réalité. Personnages sans ancrage, corps étrangers à tout ce qui les entoure, ils finiront par retourner aux États-Unis.

Ce livre de l’auteur d’ Un monde vacillant n’est pas seulement une réécriture moderne des Ambassadeurs de Henry James. Il en est le négatif photographique. Car l’Europe qu’elle décrit est celle des années 50. Alors que l’Amérique triomphe, les deux guerres mondiales ont laissé des traces et le « vieux continent » s’apprête à aller d’une grande désillusion idéologique à l’autre.

Dans Corps étrangers, Cynthia Ozick réaffirme les grands thèmes qui traversent son œuvre – la tentation de la fuite hors du réel, le déracinement historique et intime, le spectre de la folie créatrice –, et impose sa puissance romanesque hors du commun.

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Agnès Desarthe

Editions de l'Olivier, 23 €

btn commande

 

 
<< Début < Précédent 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 Suivant > Fin >>

Page 29 sur 33