librairie
point virgule

Rue Lelièvre, 1 B-5000 Namur | Tél. : +32 (0)81 22 79 37 | info@librairiepointvirgule.be | Du lundi au samedi de 9h30 à 18h30

Littérature étrangère
J'ai toujours ton coeur avec moi - Soffía Bjarnadóttir

ai toujours ton coeur - bjarnadottirL'avis d'Edith:

Hildur apprend la mort de Siggý, sa mère. Et pendant quelques semaines, Hildur plonge. Elle suit, impuissante, les fils cassés de la toile d'araignée de sa vie, happée par cette mère qui n'a pas bien su l'aimer, à trop aimer sa propre folie. On suit Hildur à chacun de ses pas en arrière si difficiles à faire, pour peut-être réussir à la fin du roman à en faire quelques-uns en avant, hissée – qui sait – par deux yeux vairons…

« J'ai toujours ton cœur avec moi » est un tourbillon de pensées qui se perdent dans des jours perdus, de pensées angoissées prisonnières de la narratrice, qui néanmoins avance. On tente de la suivre, à une distance raisonnable, car on croit malgré elle que peut-être le soleil…

Traduit de l'islandais par Jean-Christophe Salaün, Zulma, 16.50 €btn commande

 
Les sept vies des chats d'Athènes - Takis Theodoropoulos

sept vies - theodoropoulosL'avis d'Edith:

Les honorables membres du Cercle des sept âmes, vieilles dames pour la plupart, sont convaincues que les philosophes antiques se sont réincarnés dans les chats de gouttière athéniens. Or les Jeux Olympiques d'Athènes approchent et une campagne d'éradication des chats errants est sur le point de se déclencher. Face au danger qui menace leurs protégés, le Cercle tente de s'organiser...

Entre précis de philosophie néo-antique, résistance animale, écriture fine et humour absurde, « Les sept vies des chats d'Athènes » est un petit bijou d'ironie philosophique!

Traduit du grec par Gilles Decorvet, Sabine Wespieser, SW poche, 8 €btn commande

 


 
Les yeux fardés - Lluis Llach

yeux fardes - llachL'avis d'Edith:

On connaît Lluís Llach pour sa musique, comme une figure emblématique de la culture catalane. Dans son premier livre, Lluís Llach déploie la même franchise. Et on devine derrière la traduction colorée la saveur du texte original en catalan.

« Les yeux fardés » parle de Barcelone, de 1936, des années qui ont précédé et de celles qui ont suivi. Par rapport à d'autres livres qui abordent le sujet de la Guerre d'Espagne de façon frontale, Lluís Llach nous y amène ici doucement, en nous présentant d'abord quatre inséparables amis. Germinal, David, Mireia et Joana sont nés et ont grandi ensemble dans le quartier portuaire de la Barceloneta. On s'attache à eux, à leur amitié sacrée, aux liens qui unissent leurs parents et leur quartier, au militantisme de certains de leurs pères, à l’École de la Mer où ils vont, une des premières écoles alternatives de l'époque. Puis 1936 arrive. Et avec cette année terrible, une foule d'illusions puis de terribles coups du sort.

Germinal, le narrateur, ne tient pas à nous raconter les événements historiques. Ce qu'il veut, c'est raconter son histoire d'amour, inextricablement liée à l'Histoire elle-même. S'il ne s'étend donc pas sur les analyses et les jugements idéologiques, il ne peut s'empêcher de s'enflammer pour l'époque et ce qu'elle a porté.

C'est un roman sur 1936 qui en parle un peu différemment, avec le regard de côté plein d'humanité fragile de l'adolescent qui grandit. Et comme beaucoup d'autres des romans sur 1936, il fait rêver et pleurer.

Traduit du catalan par Serge Mestre, Actes Sud, 22.80 € ou en version poche, Babel, 8.90 €

btn commande

 

yeux fardes poch - llach

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 10 sur 27