librairie
point virgule

Rue Lelièvre, 1 B-5000 Namur | Tél. : +32 (0)81 22 79 37 | info@librairiepointvirgule.be | Du lundi au samedi de 9h30 à 18h30

Littérature étrangère
Les sept vies des chats d'Athènes - Takis Theodoropoulos

sept vies - theodoropoulosL'avis d'Edith:

Les honorables membres du Cercle des sept âmes, vieilles dames pour la plupart, sont convaincues que les philosophes antiques se sont réincarnés dans les chats de gouttière athéniens. Or les Jeux Olympiques d'Athènes approchent et une campagne d'éradication des chats errants est sur le point de se déclencher. Face au danger qui menace leurs protégés, le Cercle tente de s'organiser...

Entre précis de philosophie néo-antique, résistance animale, écriture fine et humour absurde, « Les sept vies des chats d'Athènes » est un petit bijou d'ironie philosophique!

Traduit du grec par Gilles Decorvet, Sabine Wespieser, SW poche, 8 €btn commande

 


 
Les yeux fardés - Lluis Llach

yeux fardes - llachL'avis d'Edith:

On connaît Lluís Llach pour sa musique, comme une figure emblématique de la culture catalane. Dans son premier livre, Lluís Llach déploie la même franchise. Et on devine derrière la traduction colorée la saveur du texte original en catalan.

« Les yeux fardés » parle de Barcelone, de 1936, des années qui ont précédé et de celles qui ont suivi. Par rapport à d'autres livres qui abordent le sujet de la Guerre d'Espagne de façon frontale, Lluís Llach nous y amène ici doucement, en nous présentant d'abord quatre inséparables amis. Germinal, David, Mireia et Joana sont nés et ont grandi ensemble dans le quartier portuaire de la Barceloneta. On s'attache à eux, à leur amitié sacrée, aux liens qui unissent leurs parents et leur quartier, au militantisme de certains de leurs pères, à l’École de la Mer où ils vont, une des premières écoles alternatives de l'époque. Puis 1936 arrive. Et avec cette année terrible, une foule d'illusions puis de terribles coups du sort.

Germinal, le narrateur, ne tient pas à nous raconter les événements historiques. Ce qu'il veut, c'est raconter son histoire d'amour, inextricablement liée à l'Histoire elle-même. S'il ne s'étend donc pas sur les analyses et les jugements idéologiques, il ne peut s'empêcher de s'enflammer pour l'époque et ce qu'elle a porté.

C'est un roman sur 1936 qui en parle un peu différemment, avec le regard de côté plein d'humanité fragile de l'adolescent qui grandit. Et comme beaucoup d'autres des romans sur 1936, il fait rêver et pleurer.

Traduit du catalan par Serge Mestre, Actes Sud, 22.80 € ou en version poche, Babel, 8.90 €

btn commande

 

yeux fardes poch - llach

 
Merci - Pablo Katchadjian

038L'avis d'Adrien :

Avec une écriture qui coule de source, des ellipses sous forme de points de suspension, des jours qui se répètent mais ne sont évidemment jamais les mêmes, Katchadjian nous livre un conte étonnant et captivant où se battent mine de rien des concepts philosophiques de haut vol. Un esclave, acheté par un homme libéral qui le considère comme son égal si ce n’est qu’il lui fait faire les tâches les plus horribles qu’on puisse imaginer, sans qu’on en apprenne plus sur celles-ci, va vouloir tuer son maître pour libérer les autres esclaves du château. Dès lors, une vague de liberté va pousser les affranchis à libérer d’autres esclaves d’autres maîtres d’autres châteaux. Mais peut-on vraiment atteindre une liberté universelle sans que le mécanisme se grippe, sans atteindre à la liberté d’autrui ?

Dans un moyen-âge réinventé, nous parcourons un monde où une apocalypse de cendres et un paradis ensoleillé et verdoyant ne sont jamais loin de l’autre et nous font réfléchir à nos engagements individuels quotidiens et à nos actions collectives et tout ça en nous divertissant avec une histoire à la fois tellement simple et barrée qu’on ne sait plus s’il faut en rire ou en pleurer. L’Argentin Pablo Katchadjian, qui, de par son origine a pu observer révolutions sud-américaines et littérature onirique (entre autre Borges), se joue de nous, nous tient comme des pantins et jette un voile absurde qui nous dépasse tous, héros et lecteurs. Allez-y, foncez dans la clarté sombre de Merci, l’histoire est aussi belle et bien fichue que l’est l’objet livre conçu par la toute jeune et très recommandable maison d’édition Vies // Parallèles.btn commande

Vies Parallèles, traduit de l'argentin par Guillaume Contré, 15 €

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 10 sur 27