librairie
point virgule

Rue Lelièvre, 1 B-5000 Namur | Tél. : +32 (0)81 22 79 37 | info@librairiepointvirgule.be | Du lundi au samedi de 9h30 à 18h30

Une année de lectures: notre sélection

vitrines 1 1Pour vous aider à trouver les livres qui enchanteront votre Noël et celui des gens que vous aimez, laissez-vous guider par vos libraires!

Voici une sélection des livres qui nous ont emportés, émus, amusés... en un mot: conquis, tout au long de cette année.

 

 

Nos belles rencontres: ces livres "coups de coeur" dont nous avons reçu les auteurs à la librairie en 2018

 

un monde a portee de main - kerangalMaylis de Kerangal, Un monde à portée de main, Verticales, 20 €

« Un autre monde se tient là, juste derrière, à portée de main ». Être présent à ce monde-là, l'habiter et le faire sien: c'est le chemin qu'emprunte Paula Karst, cœur vibrant et lumineux du nouveau roman de Maylis de Kerangal. Acéré, virtuose, foudroyant dès sa première phrase, Un monde à portée de main est aussi une magistrale réflexion sur la création. Assurément l'un des plus grands livres de l'année écoulée.

 

chance de leur vie - desartheAgnès Desarthe, La chance de leur vie, L'Olivier, 19 €

La chance de leur vie est un roman aux mille portes. Derrière la première, il y a l’histoire d’une famille parisienne s’installant Outre-Atlantique, le père étant nommé professeur dans une Université de Caroline du Nord. Derrière la seconde, la chronique d’un couple qui perd pied. Ou encore, derrière une autre, le portrait d’un adolescent en pleine crise mystique. On y trouvera aussi un savoureux portrait de campus américain et des personnages secondaires loufoques à souhait. On y lira enfin la solitude, les mensonges, la honte ou la tristesse des uns et des autres, cette abyssale « seconde vie »  qu’Agnès Desarthe ne cesse de traquer de livre en livre.

 

a son image - ferrariJérôme Ferrari, À son image, Actes Sud, 19 €

À son image est le portrait d'une jeune photographe corse qui vient de mourir dans un accident de voiture. Le roman épouse la structure de la messe de funérailles prononcée par l'oncle et parrain d'Antonia. Au cours de la cérémonie se déplient toutes les vies d'Antonia: son engagement aux côtés des nationalistes corses, sa passion pour la photographie, son séjour dans la Yougoslavie en guerre, ses doutes et ses désillusions. Dans ce livre intense et poignant, construit selon un dispositif narratif imparable, Jérôme Ferrari offre à chacun de ses lecteurs d'éprouver au plus intime toute l'épaisseur de la condition humaine.

 

en guerre - begaudeauFrançois Bégaudeau, En guerre, Verticales, 20

De livre en livre, François Bégaudeau n'a jamais cessé d'interroger les vies ordinaires, et notamment la place qu'y prend le travail. En guerre s'engage de façon plus directe encore sur ce chemin. Dans une France en guerre sociale et économique, un drame se noue autour d'un ouvrier victime de la délocalisation de son entreprise. Et François Bégaudeau de tisser, dans la tradition du roman social et avec l'ironie qu'on lui connaît, un portrait subtil et incarné de notre société. Il excelle à montrer comment le libéralisme s'insinue dans les esprits et les corps et combien le travail vient se greffer sur les déterminismes sociaux pour les accentuer encore. Un livre tranchant, éminemment contemporain.

 


pense aux pierres - wautersAntoine Wauters, Pense aux pierres sous tes pas et Moi, Marthe et les autres, Verdier, 15 € et 12.50 €

Quatre ans après Nos mères, Antoine Wauters signe en cette rentrée deux romans époustouflants chez Verdier. Pense aux pierres sous tes pas, le plus narratif des deux, se déroule dans un pays imaginaire et pourtant proche. Léonora et Marcio sont de jeunes jumeaux qui (sur)vivent dans la ferme familiale, soumis à des parents pauvres et d’une violence sans limite. Le pays passe d’une dictature à l’autre, et les promesses du nouveau président sont autant de violences faites au petit peuple. Roman d’un amour fou entre une sœur et son frère, roman politique sur le populisme ambiant, roman de la séparation, Pense aux pierres sous tes pas est un livre d’une beauté rare, incandescente, inoubliable. Moi, Marthe et les autres propose, en un septantaine de pages "trouées" (certains mots sont comme atrophiés), 192 fragments qui font le portrait d'un monde d'après la catastrophe. Deux livres âpres et beaux, où s'impose l'urgence de vivre et d'espérer.

 

loup et les hommes - pirotteEmmanuelle Pirotte, Loup et les hommes, Cherche Midi, 22.70 €

Un souffle puissant, des personnages habités et un sens imparable du romanesque: Emmanuelle Pirotte ne manque pas de panache. "Loup et les hommes" le confirme en 700 pages que l’on ne peut lâcher. Du Gévaudan à la Nouvelle France, Emmanuelle Pirotte lance ses personnages dans une quête effrénée. Secrets de famille, rivalités, déconvenues, amours impossibles et embuscades: tous les ingrédients sont là pour faire de "Loup et les hommes" un somptueux roman d’aventures.

 

 

chagrin aimer - brisacGeneviève Brisac, Le chagrin d'aimer, Grasset, 18,25

La figure de la mère est un personnage récurrent dans les romans de Geneviève Brisac, souvent incarnée par des femmes à l’amour maladroit, des écorchées, des iconoclastes, des rebelles. Mais ici, point de fiction. L’auteure prend le risque inouï de percer le mystère de sa propre mère, cette femme distante mal-aimante, taiseuse. S’emparer d’une absence cruelle de transmission pour tenter de dire, au plus juste, au plus près, quelle a été la vie de cette femme. « On écrit pour comprendre ce que l’on ne comprend pas ». Par une forme extrêmement maîtrisée, moderne, proche d’une installation artistique, Geneviève Brisac offre à sa mère la douceur, la lumière et l’amour tant recherchés.


oiseaux sans tete - jeanmartHedwige Jeanmart, Les oiseaux sans tête, Gallimard, 21 €

 

Le livre nous place dans les pas de Blanche, une jeune femme tourmentée en quête d'apaisement. Des années plus tôt, sa route a croisé celle de Daniel Deur. Blanche ne savait pas, au départ, que Daniel sortait d'une longue peine de prison pour un crime commis à l'âge de 18 ans. Elle a pourtant perçu d'emblée que l'histoire de cet homme devait recéler bien des zones obscures et un inquiétant potentiel de dérapage. Dans un récit tendu de bout en bout, Hedwige Jeanmart nous fait partager l'angoisse, le dégoût, l'empathie qui s'emparent tour à tour de l'esprit de Blanche. On sort du livre profondément ébranlé, mais aussi épaté par le talent d'Hedwige Jeanmart. Son nouveau roman l'installe à n'en pas douter comme une voix qui compte.

 

 

Littérature: 2018 en 10 romans qui nous ont passionnés

 

Estelle Sarah Bulle, Là où les chiens aboient par la queue, Liana Levi,

 

ca raconte sarah - delabroy allardPauline Delabroy-Allard, Ca raconte Sarah, Minuit, 15 €

Le titre nous l'indique déjà: tout pulse chez Pauline Delabroy-Allard, la vie irrigue chaque ligne de cet épatant premier roman. Une énergie peu commune, du rythme, l'audace d'une langue réinventée, vive et virtuose. Ça raconte Sarah, c'est une histoire d'amour comme on en lit rarement, d'une tragique intensité. Pour l'éclairer, Pauline Delabroy-Allard convoque avec grâce Marguerite Duras et Alain Resnais, Shakespeare et James Joyce, Schubert et Truffaut, mais jamais ces grands noms n'écrasent la singularité et la fraîcheur de sa voix. Ne passez pas à côté de ce premier roman: un éblouissement!

 

discours - caroFabrice Caro, Le discours, Gallimard, Sygne, 16 €

C'est un repas de famille. Tout le monde est là: les parents qui vieillissent dans un pavillon dont la déco n'a pas changé depuis longtemps. Adrien, qui a tenté de s'éloigner du monde étroit où il a grandi, et qui ne sait plus trop où il en est tant sa vie prend l'eau de toute part. Puis il y a la soeur et son promis: c'est leur mariage tout proche qui est au centre de toutes les conversations. Puis vient la question qui fait tout déraper: lorsque son beau-frère lui demande de prononcer un discours pendant la noce, Adrien n'ose pas se dérober tout en sachant qu'il n'y arrivera pas. Oscillant avec finesse entre l'humour (ravageur) et la mélancolie douce-amère, Fabrice Caro dépeint un "homme au bord de la crise de nerf" et rend hommage à ceux qui, comme Adrien, avancent sans filet, minuscules funambules du quotidien.

 


bleu du lac - matternJean Mattern, Le bleu du lac, Sabine Wespieser, 16

Cinquième roman de l'éditeur Jean Mattern, Le bleu du lac est un livre à la beauté bouleversante. Dans le métro londonien, une femme se souvient. Pianiste, concertiste de renom, elle est en route vers des funérailles. Le défunt, un critique musical célèbre, a expressément demandé dans son testament qu'elle interprète à son enterrement un Intermezzo de Brahms. Quand elle s'assiéra tout à l'heure devant son clavier, personne dans l'assistance ne soupçonnera l'étendue de son trouble: elle a été longtemps la maîtresse de cet homme. Histoire d'amour obsédante, dépeinte dans une langue retenue et délicate, Le bleu du lac remue au plus profond. Les entrelacs de la mémoire, la confusion des corps et des âmes, la musique, bien sûr, qui sauve de tous les naufrages: Jean Mattern nous offre un roman pénétrant et empli de grâce.

 

monarque des ombres - cercasJavier Cercas, Le monarque des ombres, traduit de l'espagnol par Aleksandar Grujicic, Actes Sud, 22.50 €

Dans l’Espagne des années 1930, Manuel Mena s’engage du côté franquiste et trouve la mort au combat durant la bataille de l’Ebre. Manuel Mena est le grand-oncle de Cercas, et face à cette figure honteuse de l'histoire familiale l'auteur fait face à un dilemme: peut-on écrire un roman sur un individu luttant pour les mauvaises causes sans l'ériger au rang de héros? Avec ce roman d’investigation, l’auteur apporte un passionnant éclairage à la mémoire collective espagnole et, par cet engagement, donne voix à toutes les victimes. Brillant et touchant, ce récit autobiographique nous tient en haleine du début à la fin et ouvre les portes sur une page sombre et cachée de l'histoire contemporaine.

 

024Michael Imperioli, Wild Side, Autrement, traduit de l'anglais (États-Unis) par Héloïse Esquié, 20.90 €

Au mitan des années 1970, Matthew, orphelin de père, quitte avec sa mère le très middle-class quartier de Queens pour l’arrondissement cossu de Manhattan. Matthew se lie d’amitié avec un surprenant voisin, musicien expérimental qui n’est autre que Lou Reed, ce dernier vivant alors une idylle avec la transgenre Rachel. Par ailleurs, Matthew s’éprend de Veronica, belle et intelligente camarade de classe nourrissant des aspirations de grande écrivaine. Comme tout bon roman initiatique, Wild Side brasse son lot de découvertes où l’on côtoie la mort, l’amour, la musique mais aussi la vivacité virevoltante d’un New York rugueux, non encore aseptisé. Le ton lucide et moqueur de Matthew donne vie à des scènes parfois hilarantes, souvent touchantes. Wild Side est tout simplement beau, très réussi et Matthew, son jeune héros reste, tout comme a pu le faire le Holden Caulfield de Salinger, longtemps à l’esprit.



foret obscure - kraussNicole Krauss, Forêt obscure, traduit de l'anglais (États-Unis) par Paule Guivarch, 23 €

Livre après livre, Nicole Krauss poursuit une réflexion profonde sur l’essence-même de la littérature. Le doute, la perte, le souvenir, ce qui se dérobe, échappe et tente de se dire, tout cela est encore, et plus que jamais, au cœur de Forêt obscure. Titre polysémique, obsédant et mystérieux, pour un livre qui se lit comme on vit une expérience à la fois belle, douloureuse, étrange et révélatrice. Forêt obscure est un roman onirique, mystique, psychanalytique où la forêt est omniprésente. Elle symbolisant tout à la fois le sentiment de perte et d’égarement mais aussi la protection, le repli, la « chambre à soi », un lieu de régénération. Forêt obscure est un livre rare, qui réussit tout à la fois à nous guider et à nous perdre. Un véritable chef-d’œuvre. Nicole Krauss est LA grande auteure américaine de notre temps!

 

asta - stefanssonJon Kalman Stefansson, Asta, traduit de l'islandais par Éric Boury, Grasset, 26.25 €

Ásta, mais aussi Helga et Sigvaldi, Jósef, … : des êtres comme nous, orant et errant, dont Jon Kalman Stefánsson raconte les vies bancales et un peu ratées, les espoirs éteints et perdus, les amours ardentes et brisées – ou manquées. Il est souvent ardu de vivre, surtout « quand aucun chemin ne mène hors du monde » et que la vie semble s’ingénier à nier les désirs, à contrarier les aspirations. Comme dans Les poissons n’ont pas de pieds ou Entre ciel et terre, le narrateur émaille son récit de considérations à la fois péremptoires et désinvoltes, graves et légères, souvent banales mais justes. Ce ton et un style plein de viridité dotent les récits de Stefánsson d’un charme puissant que son âpre lucidité, qui n’est pas exactement, ou pas seulement, du pessimisme, ne ternit pas le moins du monde – au contraire : même si « elle est assez longue et laide comme ça, l’aventure de la vie », il nous rappelle aussi, livre après livre, qu’« il est délicieux d’exister » – et qu’il est au moins aussi délicieux de le lire.

 

coeur converti - hertmansStefan Hertmans, Le coeur converti, traduit de néerlandais (Belgique) par Isabelle Rosselin, 21.50 €

Le cœur converti est un roman passionnant qui raconte le destin singulier d’une femme hors du commun. Vigdis, une jeune Normande de haut rang, se convertit au judaïsme par amour. Animée d’une âpre volonté et d’une grande lucidité, elle ne s’écarte pas de la voie qu’elle a choisie et qui fera d’elle une exilée, physiquement et spirituellement, puis une errante, brisée et aliénée par les épreuves, étrangère à elle-même et à la société. Stefan Hertmans, dans ce roman abondamment et rigoureusement documenté, nous entraîne sur ses traces. Roman de la fuite et de l’exil, Le cœur converti est aussi un roman de la liberté, ou plutôt de la liberté contrariée et des sacrifices qu’elle exige, dans un temps qui, comme les autres d’ailleurs, ne la favorise guère – ce qui en fait un roman on ne peut plus actuel, et de Vigdis, une héroïne des plus contemporaines.

 

017David Grann, La note américaine, traduit de l'anglais (États-Unis) par Cyril Gay, Globe, 22

Avec La note américaine de David Grann, on est plutôt du côté du journalisme que du journalisme littéraire, en bref, le style d’écriture n’est pas foncièrement éblouissant, mais quel journalisme, quelle enquête phénoménale! C'est fouillé en diable, captivant, ahurissant. Oklahoma, début du XXe. Quand la tribu amérindienne des Osages, parquée sur des terres gorgées d'or noir, s'enrichit, les visages pâles ne tardent pas à s'en mêler. Nous avons alors affaire à des tuteurs, trésoriers, curateurs malintentionnés, à un enchaînement de meurtres par empoisonnements et d'accidents pas toujours bien déguisés... David Vann développe son enquête en deux parties. La première retrace l'histoire, la seconde montre comment une poignée d’hommes a essayé d’endiguer la machine infernale en enquêtant et révélant au péril de leur vie cette sombre affaire de spoliation. C'est passionnant et terrifiant.



Polars et romans noirs


evasion - whittmerBenjamin Whitmer, Évasion, traduit de l'anglais (États-Unis) par Jacques Mailhos, Gallmeister, 23.80 €

Hiver 1968. Douze hommes choisissent la nuit de la Saint-Sylvestre pour s'évader de la prison d'Old Lonesome, Colorado. En plein blizzard, ils rejoignent les montagnes Rocheuses qui encerclent la ville. Commence aussitôt une chasse à l'homme, dont on devine que personne ne sortira gagnant, ni les évadés, ni leurs poursuivants. Tendu, implacable, le roman de Benjamin Whitmer est aussi une formidable réflexion sur l'histoire de la violence aux États-Unis. En outre, la qualité de l'écriture de Benjamin Whitmer, son sens de la formule et l'impeccable construction du roman ajoutent encore à sa réussite. À n'en pas douter, Évasion est l'un des meilleurs romans noirs de l'année.

 

dans la vallee decharnee - boumanTom Bouman, Dans la vallée décharnée, traduit de l'anglais (États-Unis) par Alain Defossé, Actes Sud, 22.50

Sur la propriété d'un vieil original, le corps d'un jeune homme est retrouvé quasi intact dans la neige. L'enquête est menée par un policier local, veuf depuis peu. Très vite, un deuxième crime survient... Et l'on comprend que ce petit coin tranquille de Pennsylvanie recèle bien des secrets. Portrait d'une Amérique profonde sur fond de questions écologiques (l'exploitation du gaz de schiste) et sociétales (la drogue partout présente), Dans la vallée décharnée, premier roman de Tom Bouman, est une rare réussite.

 

corruption - winslowDon Winslow, Corruption, traduit de l'anglais (États-Unis) par Jean Esch, HarperCollins, 22.90 €

Don Winslow délaisse les cartels mexicains pour dresser le portrait d'une unité d'élite de la police new-yorkaise, "La Force". Son champ d'action: les quartiers Nord de Manhattan, où les gangs se déchirent autour de trafics d'armes et de drogue. Courageux, solidaires, et pas tout à fait incorruptibles, les membres de "La Force" finiront par se déchirer lorsque leur chef est arrêté pour avoir "détourné" plusieurs kilos de drogue. Va-t-il parler? Suspens, chantages et manipulations sont au coeur de ce roman tendu et tragique. Nuit blanche garantie!

 

un ete sans dormir - dehouckBram Dehouck, Un été sans dormir, traduit du néerlandais (Belgique) par Emmanuèle Sandron, Mirobole, 19.50 €

Bienvenue dans une farce belge à l'humour noir de noir. Des éoliennes empêchent le boucher d'un petit village de Flandre occidentale de dormir. La qualité de son célèbre pâté s'en ressent. Tout cela met en branle une mécanique implacable, aux conséquences fâcheuses. Les catastrophes s'enchaînent, obéissant à une logique aussi absurde qu'impérieuse. Avec Un été sans dormir, Bram Dehouck raconte l'implosion d'un village sans histoires. C'est féroce et très drôle.

 

pension complete - schwartzmannJacky Schwartzmann, Pension complète, Le Seuil, 18 €

Et encore une bonne dose d'humour noir dans ce polar loufoque. Belges, Luxembourgeois, Français: Jacky Schwartzmann étrille tout le monde et ce dézingage est plutôt réjouissant. Le portrait d'un ancien lauréat (fictif) du Prix Goncourt vaut à lui seul le détour! Pension complète, c'est la descente aux enfers, c'est-à-dire dans un camping bondé du Sud de la France, de deux loosers qui n'auraient jamais dû se rencontrer. Autour d'eux, les cadavres s'accumulent, et la farce devient de plus en plus grinçante.

 

 

Oh, les beaux livres...

 

vieil homme et son potager - le brunOlivier Le Brun, Le vieil homme et son potager, Esperluète, 24 €

Le temps d'un été, Olivier Le Brun photographie son père dans son potager. On sent dans chacun des gestes du vieil homme, les plus simples ou les plus singuliers, toute une vie de labeur mais aussi de complicité avec ce coin de terre et avec une nature qui exige beaucoup pour se montrer prodigue. On perçoit aussi, à travers les photos tendres et pudiques du fils, l'intensité des relations entre les deux hommes. Un petit livre qui cache sous son apparente simplicité une sagesse et une poésie infinies.

 

des oiseaux - samallahtiPentti Sammallahti, Des oiseaux, Xavier Barral, 35 €

"On ne prend pas une photographie, on la reçoit, tel un don". Pentti Sammallahti, photographe finlandais, a le génie modeste. Ses photos sont autant de moments de grâce, qui épatent par leur virtuosité et leur perfection graphique, mais viennent dans le même temps toucher au plus intime. Avec "Des oiseaux", Pentti Sammallahti offre des images emplies tout à la fois de grâce et de fragilité, qui rendent hommage à la beauté et à l'harmonie du monde.

 

el rectangulo - larrainSergio Larrain, El rectangulo en la mano, Xavier Barral, 35 €

Sergio Larrain était membre de l'Agence Magnum. "El rectangulo en la mano" est l'un de ses livres les plus inspirants, édité pour la première fois en français depuis sa parution en 1963. Sergio Larrain y expose sa conviction que la photographie est "ce qui est donné par la géométrie". Ses cadrages, son art d'attraper la lumière, son regard éminemment politique et sa sensibilité à toutes les formes d'injustice: tout nous invite à redécouvrir une oeuvre encore trop méconnue.

 

in my room - leiterSaul Leiter, In my room, Steidl, 38 €

On connaît le travail de Saul Leiter comme celui du photographe des rues de New York. Les éditions Steidl nous font découvrir, avec In my room, une part méconnue de son oeuvre: les photos de femmes nues, prises dans son studio new yorkais, en lumière naturelle. Des photos qui célèbrent la beauté et le mystère des corps, avec des références partout présentes aux grands peintres que Leiter admirait, comme Bonnard ou Matisse.

 

se bruler les ailes - cahillSe brûler les ailes: les mythes dans l'art, de l'art antique à l'art contemporain, Phaidon, 49.95 €

Voilà une jolie invitation à revisiter les grands mythes grecs, inépuisable source d'inspiration pour les créateurs depuis plus de 2500 ans. Avec cet ouvrage passionnant, richement illustré, érudit et accessible, qui associe des oeuvres d'époques et d'univers culturels variés, nous explorons les destins de dieux et de héros qui n'ont jamais cessé d'exercer leur pouvoir sur l'imagination humaine. De Michel Ange à Cy Twombly, de Tiepolo à Gustav Klimt, le casting est parfait!