librairie
point virgule

Rue Lelièvre, 1 B-5000 Namur | Tél. : +32 (0)81 22 79 37 | info@librairiepointvirgule.be | Du lundi au samedi de 9h30 à 18h30

François Maspero, une certaine idée de la librairie

masperoC'était pour bien des libraires un éveilleur, et un modèle à suivre. François Maspero est mort ce 11 avril et nous ne l'oublierons pas.

L'enfance de François Maspero, c'est une blessure à vif:

la mort de son frère aîné tué au maquis et la déportation de ses parents dont seule sa mère reviendra. C'est dans cette douleur-là que naissent les engagements, les convictions et le caractère de celui qui deviendra un éternel combattant.

Dans la librairie de François Maspero, qui se double d'une maison d'édition en 1959, toute une génération trouve de quoi nourrir intellectuellement ses luttes contre l'aventure coloniale, la torture, les violences policières, le capitalisme destructeur.

Souvent censurées, perquisitionnées, attaquées, les éditions Maspero ont été les seules, avec les éditions de Minuit, à tenir tête au pouvoir au moment de la Guerre d'Algérie. Aux côtés des livres liés à l'Algérie, François Maspero développe des collections de sciences humaines et de littérature qui accueille les plus grands intellectuels de l'époque: Pierre Vidal-Naquet et Jean-Pierre Vernant, Louis Althusser, Paul Nizan, Jacques Rancière, Philippe Jaccottet. "La petite collection Maspero" est devenue mythique.

En 1982, François Maspero s'écarte de l'édition. Il devient traducteur, et se lance dans l'écriture. C'est à lui que nous devons de lire en français plusieurs livres de John Reed, Luis Sepulveda, Eduardo Mendoza, Arturo Perez-Reverte, Alvaro Mutis, Carlos Ruiz Zafon. Ses propres romans, notamment "La plage noire", "Des saisons au bord de la mer", se tiennent en équilibre entre nostalgie, pudeur et douceur. Ses récits surtout, souvenirs de ses années de libraire-éditeur ("Le sourire du chat" et "Les abeilles et la guêpe") ou carnets de voyage ("Les passagers du Roissy-Express", "Balkans Transit") sont tout simplement inoubliables.

En 2006, nous avions eu envie de le recevoir à Namur, et lui qui fuyait hommages et mondanités avait accepté très simplement notre invitation. La soirée passée en sa compagnie reste pour nous un souvenir lumineux.