librairie
point virgule

Rue Lelièvre, 1 B-5000 Namur | Tél. : +32 (0)81 22 79 37 | info@librairiepointvirgule.be | Du lundi au samedi de 9h30 à 18h30

Lorsque Mark Twain, Virginia Woolf et Vita Sackville-West rencontrent leurs jeunes lecteurs...

grands auteurs petits lecteursIl était une fois...

Il était une fois trois monstres sacrés de la littérature qui n'avaient pas oublié la part d'enfance en eux.

Il était une fois trois immenses écrivains qui étaient aussi espiègles, et drôles, et passablement incorrects.

Il était une fois Mark Twain, Virginia Woolf et Vita Sackville-West, dont paraissent cet automne trois joyeux albums pour les enfants pas si sages.

Et l'on s'en réjouit!

 

 

 

 

enlevement du prince oleomargarine - twainCommençons par cet événement éditorial que constitue la parution, chez Kaléidoscope, de L'enlèvement du prince Oléomargarine de Mark Twain, poursuivi par Philip Stead et sublimement illustré par Erin Stead.

 

oleomargarine4L'histoire du livre est jolie: profitant de l'affection sans borne de leur papa, les filles de Mark Twain avaient pour habitude de lui réclamer, le soir venu, une histoire inventée. C'est ainsi qu'est né L'enlèvement du Prince Oléomargarine en 1879. On peut imaginer que Mark Twain était satisfait de cette histoire, puisqu'il l'a reprise le lendemain dans ses carnets. Le texte a dormi plus d'un siècle dans les archives du grand homme, avant d'être repéré par un chercheur. Les descendants de Mark Twain proposent alors à Philip Stead de terminer l'histoire, et à son épouse Erin de l'illustrer. La suite? Un album absolument passionnant, une ode à la liberté et à l'esprit d'aventure, qui ravira petits et grands lecteurs.


Jugez plutôt: Johnny vit à la ferme avec un grand-père acariâtre. Sa seule amie est sa poule, qui répond au doux nom de Pestilence et Famine. Lorsque le grand-père ordonne que la poule soit vendue, Johnny obéit et s'en va au marché. Mais la route est longue jusqu'à la ville, et parsemée de bien des surprises... Avec Johnny, nous rencontrerons une fleur magique, une vieille femme aveugle, un putois bavard, un roi et une reine dont le fils a été enlevé. De rebondissement en rebondissement, on se passionne pour les aventures de Johnny, on est émus et amusés, on savoure la fantaisie et la malice de Mark Twain.

oleomargarine1Mais le livre a une autre dimension encore, qui le rend absolument unique. Philip Stead en effet ne se contente pas de poursuivre l'oeuvre du génial moustachu: il a des questions à lui poser, des remarques à lui soumettre, et il n'est pas toujours d'accord, ah non!, avec le père de Tom Sawyer. Les dialogues, à un siècle de distance, entre les deux écrivains, sont absolument savoureux. Ils n'empêchent jamais de suivre l'histoire, mais la pimentent, la font dévier, la rendent d'autant plus palpitante. Et donnent au livre un ton irrévérencieux parfaitement en résonance avec le propos politique de l'oeuvre de Mark Twain.

Et puis, il y a les illustrations de Erin Stead, subtiles et délicates, qui incitent à la rêverie et nimbent le livre d'une véritable grâce.

Fable sociale, roman d'aventure, éloge des chemins buissonniers: vous n'oublierez pas l'histoire de Johnny et de son petit monde! Ni la morale de l'histoire: "Johnny inspira profondément pour se calmer. Puis il ouvrit sa bouche et découvrit les mots qui pourraient sauver l'humanité de tous ses maux, si seulement l'humanité pouvait les prononcer de temps en temps avec sincérité. Il dit: “Je suis content d’être là.”"

Mark Twain, Philip et Erin Stead, L'enlèvement du Prince Oléomargarine, traduit de l'anglais (États-Unis) par Isabel Finkenstead, Kaléidoscope, 19.90 € (pour les enfants à partir de 8 ans, et pour les grands aussi).

 

 

rideau mrs lugton - woolfAutre immense auteure, avec un album que l'on savoure comme un bonbon acidulé: Virginia Woolf! Les éditions Seghers ont la bonne idée de publier (en édition bilingue) un texte écrit pour sa nièce, Ann Stephen: Le rideau de Mrs Lugton. Sous ses dehors classiques, le texte est doucement irrévérencieux. Alors que la vieille nurse, Mrs Lugton, coud le rideau d'une chambre d'enfant, elle s'endort. Délivrés du regard sévère de Mrs Lugton, les animaux emprisonnés par le tissu s'adonnent avec joie à leur liberté nouvelle. Ils quittent la nurserie et le monde domestique pour emprunter des chemins moins balisés, que la palette de couleurs éclatantes de l'illustratrice Magali Attiogbé rend irrésistibles. Puis Mrs Lugton se réveille, et tout le monde rentre sagement au bercail.

La figure sévère de Mrs Lugton, une nurse que l'on imagine très à cheval sur l'étiquette, est là pour titiller les envies de rébellion des animaux (ou des enfants) qu'elle a sous sa surveillance... Et c'est savoureux!

Virginia Woolf et Magali Attiogbé, Le rideau de Mrs Lugton, traduit de l'anglais par Aline Azoulay-Pacvon, Seghers, 17.95 € (pour les enfants à partir de 5 ans).

 


secrets et enchantements - sackville-westEnfin, réjouissons-nous aussi de découvrir cette pépite: Les secrets et enchantements de la maison de poupée de la reine d'Angleterre. En 1924, la reine Mary fait construire une maison de poupées (que l'on peut voir exposée au palais de Windsor) pour laquelle elle recourt aux plus grands artistes de l'époque. Des décorateurs dessinent le mobilier, des peintres créent des tableaux miniatures, et la bibliothèque se pare d'ouvrages minuscules écrits, notamment, par Rudyard Kipling et Arthur Conan Doyle!

Vita Sackville-West se voit aussi commander un livre: c'est lui que nous découvrons aujourd'hui, paré des belles illustrations Art Nouveau de Kate Baylay. Le livre est une mise en abîme. Il nous raconte l'histoire d'une belle héroïne, résolument garçonne, brillante et mondaine. Cette femme est le fantôme de la maison de poupée. Elle a fréquenté Cendrillon et la Belle au bois dormant, voyagé au pays des mille et une nuits ou dans la lointaine Chine.  De tant de vies elle a ramené bien des histoires, et une désinvolture à toute épreuve. Aussi, si vous voyez régner le désordre dans la maison de poupées, ne vous étonnez pas: vous connaissez maintenant le secret de sa mystérieuse occupante!

Une fable so british, un ravissement plein d'ironie et de glamour, que l'on savoure à tout âge.

Vita Sackville West et Kate Baylay, Les secrets et enchantements de la maison de poupée de la reine d'Angleterre, traduit de l'anglais par Christian Demilly, Grasset, 21.60 € (pour les enfants à partir de 5 ans).