librairie
point virgule

Rue Lelièvre, 1 B-5000 Namur | Tél. : +32 (0)81 22 79 37 | info@librairiepointvirgule.be | Du lundi au samedi de 9h30 à 18h30

Ma dévotion - Julia Kerninon

ma devotion - kerninonL'avis de Delphine:

Dévotion : un beau titre, et un beau mot, que l’amour a emprunté au langage religieux – cela aurait pu être l’inverse – et qui, comme ferveur, est tristement passé de mode.

Comme tant d’autres à son époque – tant d’autres à toutes les époques …  –, Helen, née dans les années 1930, a longtemps été une femme sans voix. Elle a pourtant mené une carrière d’éditrice et d’essayiste et une vie peu conventionnelle, mais parler, se faire entendre, elle n’a jamais pu, jamais su. Jusqu’à ce qu’elle retrouve, par hasard et plus de vingt ans après leur séparation, Frank, son amour, et qu’elle le somme de l’écouter, là, tout de suite, dans la rue où ils se sont croisés. Et nous, lecteurs, nous nous sentons sommés de lire, d’écouter nous aussi ce qu’elle a à dire.

De sommés, nous sommes happés, pris par ce récit qu’Helen égrène en une multitude de très brefs chapitres et où elle raconte à Frank leur vie : sa dévotion à elle et sa dette à lui, le grand artiste égocentrique et étranger à tout ce qui n’est pas son art et ses conquêtes. À mesure qu’elle dévide l’écheveau de ses souvenirs, l’équation paraît de moins en moins simple et se trouble – la dévotion aussi a sa part d’ombre ...

Dans ce roman au style fluide, limpide et imagé, Julia Kerninon explore avec beaucoup de finesse et d’acuité les ressorts de l’amour, les liens troubles qu’il entretient avec le besoin, la nostalgie et les malentendus. Elle interroge aussi le rôle que jouent dans notre vie les mensonges que l’on trame et les œillères dont on s’affuble, la façon dont ils tracent un chemin qu’on emprunte bon gré mal gré, mi-lucide, mi-aveugle.

Surtout, la romancière dresse le portrait nuancé d’une femme discrète, presque falote en apparence, qui, se révélant page après page, incarne ce qu’elle sait mieux que personne, ce que tout lecteur sait : « Il ne faut pas juger un livre à sa couverture ».

 

Le Rouergue, 20 €btn commande