librairie
point virgule

Rue Lelièvre, 1 B-5000 Namur | Tél. : +32 (0)81 22 79 37 | info@librairiepointvirgule.be | Du lundi au samedi de 9h30 à 18h30

Le bateau-usine - Kobayashi Takiji

bateau usineL'avis d'Edith:

Écrit en 1929, « Le bateau-usine » (Kanikosen) est considéré comme un chef d’œuvre de la littérature prolétarienne. Au Japon, les bateaux-usines sont d'énormes paquebots croulants consacrés à la pêche au crabe. Le Hakkô-maru est l'un de ces bateaux. Naviguant vers le nord et la mer du Kamtchatka, ils partent pour plusieurs mois avec des centaines d'hommes à bord. Ceux-ci, paysans, pêcheurs, anciens mineurs, ouvriers travaillent alors dans des conditions terribles et se retrouvent à la merci de l'intendant du bord, bras armé de l'entreprise en mer.

Pas tout à fait bateau, la loi de la mer ne compte pas à bord. Il n'est pas question de porter secours à un navire en détresse au risque de faire moins de profits. Pas tout à fait usine, rien n'est là pour protéger les travailleurs. Travail forcé jusqu'à l'épuisement, châtiments corporels en cas de baisse de production, régime alimentaire misérable, crasse, maladies, accidents, froid... La condition des travailleurs japonais dans les années 1920 est dépeinte avec un violent réalisme par Kobayashi Takiji. Face aux profits de l'industrie du crabe, la vie d'un homme d'Hokkaidô ne vaut rien.

Les hommes sélectionnés par l'entreprise pour travailler sur les bateaux-usines sont ceux les plus éloignés du syndicalisme. Mais les terribles conditions de travail et de vie en mer deviennent la meilleure recette pour qu'ils se rassemblent et se révoltent. À une époque où les idées rouges d'une Russie communiste menacent le Japon, les bateaux-usines connaissent alors les premières grèves.

Le livre, censuré lors de sa sortie en 1929, a connu en 2008 un regain de succès incroyable au Japon et a été brandi comme l'emblème de la précarité des travailleurs japonais face aux crises économiques. Il a été traduit en français pour la première fois en 2009.

Kobayashi Takiji, torturé et assassiné par la police politique en 1933 à cause de ses livres, n'aurait pas pu se douter que, 80 ans plus tard, son livre aurait gardé toute la force de son message de justice sociale face à l'avidité de profits du capitalisme. Un roman sobre et direct, dans lequel le réalisme n'a pas besoin de romanesque pour marquer.

Allia, 8.50€.btn commande