librairie
point virgule

Rue Lelièvre, 1 B-5000 Namur | Tél. : +32 (0)81 22 79 37 | info@librairiepointvirgule.be | Du lundi au samedi de 9h30 à 18h30

Notre quelque part - Nii Ayikwei Parkes

notre quelque part - parkesL'avis d'Anouk:

Il y a longtemps que l'on se plait à parcourir le monde dans le sillage de Laure Leroy, éditrice de Zulma. Elle nous a fait découvrir avec délectation l'Iran de Zoya Pirzad (par exemple avec On s'y fera), l'Islande de Audur Ava Olafsdottir (qui a oublié le bonheur dû à Rosa Candida?) ou Bergsveinn Birgisson (sublime Lettre à Helga), l'Israël de Benny Barbash (My First Sony est une fantasque relecture de l'histoire du pays), ou encore le Japon plein de poésie de Hubert Haddad (Le peintre d'éventail compte parmi les plus beaux romans de l'auteur). Sans doute serais-je passée à côté de Notre quelque part s'il n'avait pas été publié sous la belle couverture de Zulma: un auteur inconnu, un roman situé dans un pays dont je ne connais absolument rien — le Ghana, et l'absence de lexique qui laisse au départ le lecteur perplexe même si c'est une formidable manière, on le comprend vite, de se laisser pleinement immerger dans le monde des personnages... Merci Zulma pour avoir l'audace de publier de telles pépites!

Faux roman policier, Notre quelque part démarre dans une bourgade ghanéenne où est retrouvée "une chose", vraisemblablement des restes humains. L'affaire s'emballe puisque la personne qui fait cette macabre découverte est la maîtresse d'un ministre, et la hiérarchie policière s'évertue à trouver au plus vite la clé de l'énigme. Kayo, un jeune médecin légiste formé en Angleterre et récemment rentré au pays est envoyé sur place manu militari avec la délicate mission d'éclairer l'affaire. Pour Kayo, cette enquête sera surtout l'occasion de se relier à un "quelque part" : des racines, des légendes, une façon d'appréhender le monde dont il s'était coupé par l'exil et la vie à Accra, capitale frénétique du pays. Guidé par un policier débonnaire, Kayo se lie rapidement à Yao Poku, vieux chasseur accro au vin de palme dont les histoires singulières lui ouvrent les portes d'un monde fascinant. Il démêlera petit à petit les fils tortueux de l'histoire du village. Notre quelque part n'est pas, comme on pourrait le croire au départ, le roman du choc des mondes dans l'Afrique d'aujourd'hui : le médecin légiste contre le guérisseur, la technique occidentale contre la sagesse traditionnelle, les villes trépidantes contre les campagnes alanguies, le polar contre le conte. Il est au contraire celui de l'entremêlement, de l'estompement des frontières, d'une humanité réconciliée. Un quelque part dont chacun peut faire son quelque part.

Mais on n'a rien dit encore du plaisir de lecture qu'offre ce livre malin et enlevé si l'on ne parle pas de la langue qui porte l'intrigue. Nii Ayikwei Parkes mêle les registres, les langues (l'anglais et les langues traditionnelles pidgin ou twi) qui sont autant de façon de caractériser un personnage, sa classe sociale, son niveau d'éducation, son milieu de vie. Sa traductrice française Sika Fakambi fait un travail formidable en donnant à entendre en français cette richesse: elle mêle au français des parlers d'Afrique de l'Ouest, des néologismes, des tournures littéralement inouïes et crée une langue qui est d'un bout à l'autre du livre une fête des sens et de l'esprit. C'est réellement savoureux et épatant!

Traduit (sublimement!) de l'anglais (Ghana) par Sika Fakambi, Zulma, 21 € btn commande